Connect with us

Monde

Accord post-Brexit: la France prête à opposer son “Veto”

Feriel Bouaziz

Published

on

A un mois de la rupture irrévocable, entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, un accord post-Brexit de libre-échange n’a toujours pas été trouvé entre les deux parties. Les négociations sont toujours en cours, la France se dit prête à mettre son droit de “veto” si toutefois un accord commercial ne lui convenait pas.

En effet, la France pourrait opposer son droit de “veto”, si l’accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, “n’était pas bon“, a déclaré ce vendredi le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune.

La France espère un accord qui lui conviendra notamment en matière de pèche, où le Royaume-Uni côtier indépendant, souhaite réduire aux bateaux européens l’accès de ses eaux, sachant que la Grande Bretagne, dispose d’une importante zone maritime, ce qui la place à la troisième place parmi les pays pêcheurs de l’UE.

Par ailleurs, la France fera pour cela sa “propre évaluation” de l’accord, déclare M. Beaune. Ajoutant que “nous le devons aux Français, nous le devons à nos pêcheurs et à d’autres secteurs économiques“. C’est pourquoi, le risque d’un non-accord “existe” et il “faut s’y préparer”, a-t-il répété. “Mais je veux croire qu’on peut avoir un accord et un bon accord“, dit-t-il.

De son coté, le Premier ministre Français, Jean Castex a annoncé la veille, que la pêche française ne pouvait être “sacrifiée comme variable d’ajustement” dans les dites négociations commerciales post-Brexit entre les deux parties susmentionnées.

Notons, par ailleurs, que les pourparlers, qui ont repris samedi à Londres, divergent toujours sur trois points essentiels tel que: l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence, ainsi que la manière de régler les différends dans le futur accord.

Les négociateurs “espèrent” un accord avant l’échéance prévue le 31 décembre, date à laquelle les Britanniques, auront officiellement quitté l’UE. En cas de “No deal”, les échanges entre les 27 Etats membre et le Royaume-Uni, se feront selon les règles de l’Organisation mondiale du Commerce, synonymes de droits de douanes et quotas.

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR