Connect with us

Economie

Accord OPEP+ : La production algérienne réduite de 200.000 barils par jour

Avatar

Published

on

© DR |

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés ont convenu, à l’issue de la réunion extraordinaire tenue de jeudi à vendredi par visioconférence, de réduire la production de 10 millions de barils par jour (mbj) dont 200 000 barils pour l’Algérie durant les mois de mai et juin.

Dans une déclaration à l’APS au terme des travaux de cette 9e réunion ministérielle tenue de jeudi à vendredi, M. Arkab a affirmé que les pays membres de l’Opep et non-Opep ont décidé de réduire de 10 millions (mbj) durant deux prochains mois (mai et juin) en vue de stabiliser les prix du pétrole impactés par la pandémie du coronavirus.

Les pays de l’Opep + ont décidé également d’un second accord. Celui-ci porte sur une baisse de la production pétrolière de l’ordre de 8 millions (mbj) durant les second semestre 2020, a ajouté le ministre de l’Energie.

Un troisième accord a été signé aussi par les pays de l’Opep + portant sur une réduction de la production pétrolière de l’ordre de 6 millions (mbj) et ce à partir de janvier 2021 jusqu’au mois avril 2022, a précisé encore M.Arkab.

Se félicitant de ces décisions “importantes” prises lors de cette réunion ministérielle, il a estimé que ces trois accords vont permettre d’absorber le surplus de l’offre pétrolière disponible actuellement sur le marché et d’enrayer la chute des cours du brut.

Les trois accords devront permettre, a-t-il souligné, de réduire aussi les quantités en surplus existant au niveau des stocks pétroliers mondiaux.

S’agissant du quota de baisse de la production algérienne, il sera de l’ordre de 200.000 barils par jour (bj) durant les deux mois de mai et juin, avant d’atteindre les 145.000 (bj) pendant le second semestre de l’année 2020, a expliqué le ministre de l’Energie.        

“Ces réductions sont nécessaires et indispensables pour aider à la stabilité du marché pétrolier”, a-t-il indiqué, faisant observer que l’Arabie Saoudite et la Russie vont réduire pour chacune d’elle une quantité de 2,5 millions de barils/j (soit au total 5 millions de barils/j).

A l’execption du Mexique pour qui la quantité de réduction de sa production n’a pas été encore fixée, tous les autres pays membres de l’Opep+ ont paraphé ces trois accords de baisse, a tenu à signaler le ministre de l’Energie. 

Par ailleurs, M. Arkab a affirmé que les pays de l’Opep+ ont convenu de convaincre, lors de la conférence virtuelle des ministres de l’Energie du G20, prévue vendredi, les autres producteurs pétroliers mondiaux d’adhérer aux présents accords.

Ainsi, la Russie, l’Arabie Saoudite et le Mexique, en tant que pays membres du G20, ont été chargés, selon le ministre de l’Energie, de mener cette mission en vue de faire participer les autres producteurs mondiaux à une réduction supplémentaire de 5 millions barils par jour de manière à soutenir les efforts déployés pour la stabilisation du marché pétrolier.

Economie

La gestion du métro d’Alger confiée à une entreprise algérienne

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

La gestion du métro d’Alger sera confiée à une entreprise algérienne à compter du premier novembre, et ce, après la fin de contrat qui liait l’entreprise du métro d’Alger (EMA) à RATP- El Djazaïr, filiale de la française RATP-Developpement.

En effet, via un communiqué datant du 14 septembre et rendu public récemment, l’EMA a informé que son contrat avec RATP El Djazaïr prend fin le 31 octobre après plus de huit ans de collaboration. Et qu’à compter du 1er novembre la gestion du métro d’Alger sera confiée à une nouvelle entreprise algérienne lui appartenant.

Dans ce sillage, l’EMA a tenu a rassurer les salariés que leurs salaires, droits et privilèges sociaux seront préservés avec l’avènement de la nouvelle entreprise, et ce,conformément aux dispositions législatives relatives aux relations de travail en vigueur.

Par ailleurs, aucune date n’a été communiquée quant à la reprise du service du métro d’Alger. Celui-ci étant à l’arrêt depuis mars dernier en raison des mesures de prévention adoptées pour endiguer la propagation du coronavirus.

Continue Reading

Economie

Rosthom Fadhli nouveau gouverneur de la Banque d’Algérie

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Rosthom Fadhli a été nommé nouveau gouverneur de la Banque d’Algérie en succession à Ayman Ben Abderrahmane qui a été nommé, en juin dernier, ministre des Finances.

L’information a été donnée, dimanche, par le Président de la République, Abdelamdjid Tebboune, lors de l’entrevue qu’il a accordé à des responsables des médias nationaux.

“J’ai signé la semaine dernière le décret portant nomination de M. Rosthom Fadhli au poste de gouverneur de la Banque d’Algérie”, a-t-il révélé.

Notons que M. Rosthom Fadhli occupait le poste de vice-gouverneur de la Banque centrale. Notons également que le poste de gouverneur de la Banque d’Algérie est resté vacant depuis la nommination, en juin dernier, d’Ayman Ben Abderrahmane au poste de ministre des Finances.

Continue Reading

Economie

Le prix du pétrole rebondit au lendemain de la réunion de l’Opep+

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Les prix du pétrole poursuivent leur hausse au lendemain de la réunion mensuelle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+) qui a, selon les analystes, permis de rassurer le marché.

Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 43,47 dollars à Londres, en hausse de 0,39% par rapport à la clôture de jeudi, rapporte l’agence de presse APS.

A New York, le prix du baril américain de WTI pour octobre a également grimpé de 0,32%. Il s’établit à 41,10 dollars, ajoute-t-elle.

Ainsi, les deux cours de référence ont gagné aux alentours de 10%, retrouvant des niveaux comparables au début du mois de septembre.

Les analystes du marché pétrolier explique cette hausse par la réunion de l’opep et ses partenaires “opep+”.

En effet, durant la réunion le ministre saoudien de l’Energie, Abdel Aziz ben Salmane, a insisté sur l’importance de respecter à 100%” l’accord de l’opep+ sur la réduction de la production pétrolière. Il a souligné que le non-respect de l’accord “entache la réputation et la crédibilité” de l’Organisation pétrolière.

Pour rappel, l’organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés ont décidé en avril de réduire leur production conjointe de 9,7 mbj aux mois de mai et juin afin de relancer les prix impactés par la pandémie de Covid-19.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR