Suivez-nous

Politique

ABEF, la note qui risque de provoquer des pénuries et une flambée des prix

Avec toutes les lois et décrets régissant le commerce extérieur, alourdissant cette activité et occasionnant des surcoûts inutiles aux produits importés, une nouvelle mesure entrera en vigueur le 31 décembre 2019. Cette mesure est à ajouter au chapelet de lois de la LFC 2020 adoptées par l’APN.

Kenza Ait Bachir

Publié

le

Le Président de l'association des producteurs algériens des boissons (APAB), Ali Hamani a affirmé, en marge de la Conférence de presse tenue mardi,  19 février au siège de la NCA Rouiba, à Rouiba, que l'export demeure un moyen impératif pour l'entreprise afin d'assurer sa pérennité.  
© DR | Photo port d'Alger (archives)

Dans un courrier, daté du 30 septembre dernier et adressé aux banques, l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers (ABEF) informe de nouvelles dispositions mises en place pour la gestion du commerce extérieur, c’est-à-dire les importations. Le courrier, portant références 479/DGC/2019, concernait les importations en CKD/SKD de téléphones mobiles ainsi que les produits électroménagers dans un premier temps, puis devrait être élargi à toutes les importations au plus tard le 31 Décembre 2019.

Les nouvelles dispositions émises par l’ABEF ont trait, principalement, au payement des importations « Le paiement de ces importations devra se faire exclusivement par différé de paiement avec un délai obligatoire compris entre neuf (9) mois au minimum et une année (360 jours) au maximum » est-il annoncé dans le courrier.

Nouvelles dispositions ou tour de vis ?

L’étau se resserre un peu plus sur les importateurs, vu qu’auparavant la réglementation des changes pour la gestion du Comex (commerce extérieur) permettait aux opérateurs économiques d’inclure le prix du fret dans la facture, en payant en CFR (Coût et Fret). « Les importations doivent se faire exclusivement sur la base de l’Incoterm FOB », indique la note de l’ABEF qui poursuit « Aussi, il est à noter que la mesure concernant l’utilisation de l’Incoterm FOB devra être généralisée sur l’ensemble de nos importations au plus tard le 31 Décembre 2019 ». C’est-à-dire que seuls les montants déclarés pour les produits acquis seront payés et transférés en devises. Le coût du transport, maritime ou aérien, sera payé en dinars algériens aux compagnies de transport.

Pour le commun des mortels, cette décision est somme toute anodine. Seulement, les quatre ou cinq grosses compagnies maritimes internationales qui relient l’Algérie au reste du monde risquent de se désintéresser définitivement du marché algérien vu qu’ils ont déjà des difficultés à transférer, comme le leur permet la loi, une partie des gains réalisés localement. A l’avenir, qu’en sera-t-il des masses d’argent que va engendrer une telle mesure ?

D’aucuns parlent de l’abandon pur et simple de l’activité par ces géants du fret si des mesures concrètes ne sont pas prises pour leur faciliter le transfert en devises des dividendes. Prenant les devants face à un tel risque, l’ABEF recommande « Que les opérateurs œuvrant dans cette activité doivent avoir recours en priorité à la capacité nationale de transport maritime, chaque fois qu’un tel choix est possible ». Est-ce à dire que la CNAN et ses filiales pourront pallier à l’absence des grosses écuries du transport maritime ? Il n’est pas certain qu’une entreprise ne possédant que quelques navires vieillissants puisse assumer les volumes annuels à l’import.

Depuis quelques jours, les établissements bancaires prennent attache avec leurs clients pour les informer des nouvelles dispositions. Pris de court, certains opérateurs ont dû surseoir à leurs achats étrangers. De nouvelles pénuries se profilent-elles pour 2020 ?

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Abdelmadjid Tebboune élu nouveau président de la République

Abdelmadjid Tebboune est le nouveau président de la République, il arrive en tête de classement des résultat avec 58.15% de voix soit 4945116 votants, c’est ce qu’a annoncé, Mohamed Charfi, président de l’Autorité nationale indépendante des élection (ANIE).

Achour Nait Tahar

Publié

le

Abdelmadjid Tebboune

Lors d’une conférence de presse animée, ce vendredi 13 décembre, au centre international des conférences. Mohamed Charfi a communiqué les résultats qui donnent le classement des candidats comme suit : Abdelmadjid Tebboune arrive en tête avec 58,15% des voix suivi de Abdelkader Bengrina avec 17,38%, à la troisième place Ali Benflis avec 10,55% , Azzedine Mihoubi est quatrième avec 07,26% et Abdelaziz Belaid ferme la marche avec un score de 06,66%.

Le taux de participation est de l’ordre de 39,83%, un chiffre en nette baisse par rapport à la présidentielle de 2014 qui a enregistré un taux de participation de 50,7%. Le scrutin s’est déroulé dans climat très tendu, la journée a été marquée par les nombreuses marches organisées dans plusieurs wilaya pour exprimer le rejet de cette joute.

A rappeler que le vote a été quasiment nul à Bejaïa et Tizi-Ouzou, les bureaux ont été fermés par la population. L’opération de vote a été perturbé dans d’autres wilayas à l’image de Bouira, , Bordj Bou Arréridj, Sétif et Jijel.

Lire la suite

Politique

DIRECT l 43e vendredi du hirak : le peuple poursuit sa mobilisation et rejette la « mascarade électorale »

Ce vendredi, les Algériens devront sortir en masse, à travers le territoire national, pour exprimer leur rejet de ce scrutin « de la honte » et exiger un changement démocratique dans le pays. Pour les Algériens, faire passer cette élection voudrait simplement dire la regénérescence du pouvoir qu’on appelle de tout son voeu à son démantèlement définitif.

Hier, la majorité des Algériens dans toutes les wilayas du pays ont boudé massivement les bureaux de vote, préférant manifester dans la rue. L’acte de protestation a été grandement marqué par une vague d’arrestations sans précédant depuis le début de la dissidence citoyenne. A Alger, Bouira, Tizi Ouzou, et Bejaia, les forces de sécurité ont violemment réprimé les manifestants.

Achour Nait Tahar

Publié

le

© INTERLIGNES | Manifestation du 11 décembre 2019 à Alger contre l'élection présidentielle
© INTERLIGNES | Manifestation du 11 décembre 2019 à Alger contre l'élection présidentielle

13H17

« Tebboune dégage », scandent les manifestants à Alger.

13H15

« Ce n’est pas une présidentielle mais une mascarade électorale », crient à tue-tête les milliers de manifestants à Tizi Ouzou.

13H12

Alger : Les manifestants rejettent d’emblée le nouveau Président de la République, Abdelmadjid Tebboune et dénoncent une « mascarade électorale »

© Interlignes Média

13H10

Imposante manifestation à Béjaia. Les protestataires rejettent les élections présidentielles et exigent un démantèlement définitif du régime politique en place.

© DR. Imposante manifestation à Béjaia contre la présidentielle.

13H00

Début de manifestation à Tizi Ouzou. Des milliers de manifestants sont dans la rue pour exprimer leur rejet de « cette élection de la honte »

12H50

Des manifestants brandissent des pancartes hostiles à Abdelmadjid Tebboune.

© Interlignes Média

12H37

Alger : « Allah Akbar l’vot m’zaouar », (le vote est fraudé), scandent les manifestants à la rue Didouche Mourad.

12H32

Alger : Les manifestants marchent par plusieurs centaines pour exprimer leur rejet de la présidentielle scandant en choeur « Dawla madaniya, machi 3askariya » (Etat civil et non militaire).

12H30

Impressionnante Manifestation à Tizi Ouzou contre la présidentielle. Les manifestants scandent des slogans hostiles aux candidats de la présidentielle.

12H15

Mohamed Charfi annonce un taux de participation national de 39.83%.

Abdelmadjid Tebboune arrive en tête de la présidentielle avec 4.945 116 de votants soit un taux de 58.15%

Abdelkader Bengrina obtient un taux de 17.38% soit 1.477 735 votants

Ali Benflis : 10,55% soit 896 934 votants

Azzeddine Mihoubi : 7,26 soit 617 753 votants

Abdelaziz Belaid : 6,66% soit 556 808 votants

12H10

Mohamed Charfi annonce les résultats de la présidentielle.

11H52

Début de la conférence de presse de Mohamed Charfi, président de l’ANIE pour annoncer les résultats de la présidentielle.

11H45

Le candidat Abdelamdjid Tebboune aurait remporté le premier tour de la présidentielle avec 58% de voix selon Ennahar TV.

11H00

À Tizi Ouzou et Bejaia, des citoyens nettoient ce matin les traces des affrontements de la veille.

Lire la suite

Politique

Présidentielle : les chiffres « douteux » de l’ANIE

Achour Nait Tahar

Publié

le

Le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi que « le taux final de participation global à l’élection présidentielle du 12 décembre a été de 39,93% » le plus bas jamais enregistré.

Cependant, tout porte à croire que les chiffres avancés par l’ANIE sont pour le moins « douteux » étant donné que le nombre d’inscrits à ce scrutin n’a jamais été dévoilé pour déterminer réellement le taux de vote dans chaque wilaya du pays.

En effet, à Bejaia,Tizi Ouzou, Bouira, ou encore Bordj Bou Arreridj -pour ne citer que celles-ci-, le taux de participation est proche de zéro vu que les bureaux de vote ont été fermés par la population. Néanmoins, l’ANIE annonce tout de même un taux de vote « satisfaisant » à Bordj Bou Arreridj soit 32.95% tandis qu’à Bouira, le taux de participation aurait été de 17.06%. A Béjaia, l’ANIE annonce un taux de participation à cette élection de seulement 0,21%, soit « 1181 électeurs ». Un chiffre plus que mensonger sachant que tous les bureaux de vote ont été fermés ».

Ce qui nous amène à s’interroger sur la crédibilité de ces chiffres avancés par une institution qui n’a de cesse de mettre en avant la transparence de ce scrutin pourtant largement rejeté par les Algériens.

Lire la suite

Tendances