Suivez-nous

Politique

Abdelmadjid Tebboune rencontre Soufiane Djilali : Ce qui s’est dit

Avatar

Publié

le

© DR | Sofiane Djilali, président de Jil Jadid
© DR | Soufiane Djilali, président de Jil Jadid

Poursuivant ses consultations des personnalités nationales, le président de la République Abdelmadjid Tebboune a reçu, ce mardi 14 janvier, Soufiane Djilali le président Jil Jadid.

Dans un communiqué publié par le parti sur les réseaux sociaux, il est fait état que le premier responsable de Jil Jadid a été invité à un entretien « sur la situation actuelle du pays et sur les perspectives de construction d’une nouvelle gouvernance ».

L’entretien qui a duré 1h50, a porté sur toutes les « questions sensibles » et a permis à Soufiane Djilali « d’insister » sur certains points, peut-on lire dans ce communiqué.

Entre-autres sujets abordés, « La libération de l’ensemble des détenus d’opinion, en citant les cas de Karim Tabou, Fodhil Boumala, Samir Belarbi et Abdelwahab Fersaoui, ainsi que tout autre détenu du Hirak », est-il rapporté tout en précisant que « Le Président de la République a affirmé qu’il suivait de près ces questions et que le processus judiciaire en cours permettra une libération rapide de celles et ceux qui sont en détention pour raison d’opinion ».

Abordant la liberté d’expression des médias, Jil Jadid affirme que Soufiane Djilali « a insisté pour une véritable ouverture et pour que les sites actuellement bloqués soient rapidement libérés ». En réponse, le président de la République a « affirmé que ce dossier devra trouver une solution dans un proche avenir », toujours selon le communiqué.

Sujet d’actualité du moment, la Constitution, a été également abordé dans cette entrevue. « Le Président de la République a confirmé que dès que son avant-projet sera remis par la commission chargée de sa rédaction, un très large débat sera ouvert, incluant la société civile et les partis politiques », informe le communiqué qui détaille les changements proposés par la Présidence, entre-autres « diminuer les prérogatives du Président de la République, renforcer le Parlement qui aura le pouvoir d’auditionner publiquement les ministres dans leur gestion et de censurer le gouvernement. Enfin, une séparation réelle sera opérée entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire ».

De son côté, Soufiane Djilali a proposé de « clarifier les dispositions constitutionnelles pour délimiter le champ du pouvoir sécuritaire, séparer le militaire du civil, tout en donnant les moyens à une sécurisation de l’Etat », ajoute le communiqué.

En conclusion, il est rapporté que le président de la République a réaffirmé que « c’est grâce au Hirak que l’Algérie a pu se ressaisir et sortir d’une dérive dont les conséquences auraient été catastrophiques ».

Publicité
1 commentaire

1 commentaire

  1. Avatar

    M. Gigelli

    15 janvier 2020 à 09:54

    Les masques continuent de tomber, et c’est de bonne augure, la révolution, la notre, celle du 22 Février 2019 est en fait en train de séparer le bon grain de l’ivraie tout naturellement.
    Djilali que j’avais découvert vers 2013, et pour qui j’avais jusque là du respect, à commencé à tomber de mon estime le jour où il avait rejoint le soit disant panel de dialogue, dirigé par le faux jeton Karim Younès, cette vipère lubrique et visqueuse, aux relations avec l étranger plus que douteuses, et qui œuvre encore d’arrache-pied à casser la Révolution, et à se mettre avec zèle au servir de ses Maîtres, les véritables détenteurs du pouvoir en Algérie.
    Avant de venir se fourvoyer avec cette marionnette de Tebboune, illégitime puisque désignée par les Généraux, véritables détenteurs illégitimement du pouvoir en Algérie, Djilali avait déjà donné le coup de grâce lorsqu’il est allé illico presto aux USA recevoir son prix de “ Leaders de la démocratie ”, qui lui a été décerné par l’ONG POMED (Projet pour la démocratie au Moyen-Orient à Washington », une succursale de la NED « National Endowment for Democracy » elle-même une officine de la CIA, autant dire du MOSSAD, alors que des centaines de manifestants, du Harak, et autant de militants associatifs, et politiques se faisaient arrêter avec violences, torturés pour beaucoup, et tous croupissaient en taule, pendant que Monsieur le « militant » Sofiane Djilali de Djil Djadid recevait les honneurs d’une puissance étrangère à Washington.
    Je répète mon adage qui m’est très cher, et qui n’a jamais été aussi pertinent, et d’actualité qu’aujourd’hui; « On ne pourra jamais rien construire de bon, qui puisse tenir debout, avec des matériaux pourris, et des fondations tout aussi pourries. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Abdelmadjid Tebboune s’engage à régler les revendications des retraités de l’armée

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune en visite au ministère de la Défense nationale

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a effectué aujourd’hui, mardi 28 janvier, une visite au siège du ministère de la Défense nationale. Chef suprême des Forces armées et ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune a présidé une séance de travail à laquelle ont assisté les principaux responsables de l’Armée.

Dans sa quête de dialogue et d’une sortie de la crise à laquelle fait face le pays depuis bientôt un an, le chef de l’Etat a affirmé que « les revendications des retraités et des blessés de l’armée seront prises en charge pour fermer ce dossier définitivement », dans son discours prononcé à partir des Tagarins.

Véritable casse-tête auquel ont fait face les gouvernements précédents, le cas des retraités de l’Armée n’a pu connaître de solutions concrètes à ses revendications, sociales majoritairement.

Le nouveau locataire d’El-Mouradia, s’est engagé à régler définitivement ce dossier. Est-ce la fin du calvaire de cette frange de la société ?    

Lire la suite

Politique

Le décret de nomination de Saïd Chengriha comme chef d’état-major par intérim, publié au JO

Avatar

Publié

le

© DR | Le général-major Saïd Chengriha nommé en qualité de chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) par intérim

Le décret présidentiel signé le 9 janvier portant nomination du général-major Saïd Chengriha au poste de chef d’état-major par intérim de l’Armée nationale populaire (ANP) a été publiée ce mardi au dernier Journal officiel.

“Par décret présidentiel du 13 Joumada El Oula 1441 correspondant au 9 janvier 2020, le Général-major : Saïd Chengriha, commandant des forces terrestres, est chargé d’assurer, à compter du 23 décembre 2019, l’intérim de Chef d’Etat-major de l’Armée Nationale Populaire“, est-il écrit.

Le décret mentionne que “l’intérim n’exclut pas le plein exercice des prérogatives de la fonction de Chef d’Etat-major de l’Armée Nationale Populaire”.

Lire la suite

Politique

Tebboune préside une séance de travail au siège du ministère de la Défense nationale

Avatar

Publié

le

© DR | Abdelmadjid Tebboune, candidat à la présidentielle du 12 décembre 2019 (archives)

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, effectue, ce mardi, une visite au siège du ministère de la Défense nationale au cours de laquelle il préside une séance de travail, rapporte l’agence officielle.

Abdelmadjid Tebboune a été accueilli par le chef d’Etat-major, vice-ministre de la Défense, Saïd Chengriha accompagné du secrétaire général du ministère de la Défense nationale, des commandants des Forces, de la Garde républicaine, de la Gendarmerie nationale et du commandant de la la 1ère Région militaire, ajoute la même source.

Lire la suite

Tendances