Connect with us

Accueil

Abdelaziz Rahabi: «le Président travaille pour construire un consensus national»

Published

on

Le président Abdelmadjid Tebboune a reçu, mercredi 11 mai, au siège de la présidence, l’ancien diplomate, Abdelaziz Rahabi, dans le cadre des consultations politiques lancées pour le «rassemblement».

A sa sortie de l’audience que lui a accordée le chef de l’Etat, Abdelaziz Rahabi s’est montré confiant en la volonté de Tebboune de rassembler et de construire un consensus national.

«J’ai l’impression que le président de la République a la volonté d’ouvrir certains chantiers économiques, travaille pour la construction d’un front intérieur solide et l’élaboration d’un consensus national sur la politique intérieure, la politique extérieure et la politique de défense», a déclaré l’ancien ministre de la Communication.

Mardi soir, pourtant, dans une tribune publiée sur sa page facebook, Rahabi s’est montré plutôt prudent face à l’initiative de «main tendue» et de «rassemblement» exprimée du pouvoir. Pour la réussite d’une telle démarche, «il est nécessaire de réunir certaines conditions politiques», a-t-il estimé, soulignant que les plus urgentes «sont liées au libre exercice de la politique par les partis, les syndicats, le mouvement associatif et la société civile». Rahabi a également appelé à la libération des détenus d’opinion et du Hirak.

24 heures après, dans sa déclaration à sa sortie du palais d’El Mouradia, point de mot sur ces ‘’préalables’’ ! n’a-t-il pas abordé ces questions avec le Président Tebboune. On n’en sait pas.

Par contre, Abdelaziz Rahabi dit avoir «écouté» le chef de l’Etat décliner «son approche» sur différentes questions d’ordre intérieur comme «la nécessité de construire un front interne solide et la nécessité d’instaurer la culture de dialogue et de concertation  de façon permanente entre le pouvoir Exécutif et les partis, les syndicats, la société civile et les personnalités indépendantes».

Mai aussi, des questions d’ordre extérieur, dont «les développements de la crise mondiale» et ses «répercussions» directes et indirectes sur l’Algérie. Car, a-t-il expliqué, cette crise n’a pas que des conséquences économiques, mais aussi sur le plan sécuritaire et la situation dans la région»

Par ailleurs, durant la même journée, le chef de l’Etat a reçu le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaid. Lundi, Tebboune a reçu séparément Soufiane Djilali et Abdelkader Bengrina, respectivement présidents de Jil Jadid et du mouvement El-Bina.

Continue Reading
Advertisement
Comments