Connect with us

Politique

À une semaine de son procès en appel, nouveau rassemblement de soutien au journaliste Khaled Drareni

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

À une semaine de son procès en appel, les campagnes de soutien se multiplient en faveur du journaliste Khaled Drareni. Après celui tenu lundi dernier devant la maison de la presse, un nouveau sit-in a été honoré aujourd’hui au même lieu en la présence de journalistes, avocats, militants et étudiants. 

“Rassemblement citoyen ouvert à toutes les bonnes volontés, de soutien et de solidarité avec Khaled Drareni et tous les détenus d’opinion, à la Maison de la Presse Tahar Djaout, lundi 31 août 2020 à 12h30”, indique la description de l’évènement créé sur les réseaux sociaux. 

En effet, si le sit-in a été organisé à l’initiative des journalistes, la présence n’a pas été limitée aux personnes du domaine. À cet appel, différentes tranches de la société ont répondu présentes. Parmi les rassemblés on reconnaît, entre autres, l’avocate Zoubida Assoul, le militant Samir Benlarbi, poursuivi dans le même dossier que Khaled Drareni, ainsi que le journaliste et ancien détenu Sofiane Merakchi. 

Contrairement à la semaine dernière, cette fois-ci, le rassemblement s’est tenu dans l’enceinte de la maison de la presse et non à l’extérieur. Pour y accéder, aucune restriction n’a été imposée sauf la présentation de la carte nationale. 

Une fois à l’intérieur, les personnes arrivées joignent leurs voix à celles qui scandaient déjà “Khaled Drareni journaliste libre”, “journalistes réveillez-vous” et “presse libre, justice indépendante”. En plus des voix, s’élevaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire “libérez Khaled Drareni”, “libérez la presse”, ou encore “médias privés, médias publics, journalistes, trouvez le courage de vous libérer”. Aucun doute, le combat pour la libération de Khaled Drareni croise celui pour la libération de la presse. 

À d’autres “lundis” 

Jugé et condamné un lundi, cette journée est désormais consacrée à la cause de Khaled Drareni. Ainsi, chaque semaine, le lundi de 12:30 à 13:30, un rassemblement de soutien lui sera dédié. 

Arrêté le 07 mars alors qu’il couvrait une manifestation du mouvement populaire à Alger centre, Khaled Drareni, a été placé en garde-à-vue pendant trois jours et présenté trois fois, consécutivement, devant le juge près le tribunal de Sidi M’hamed qui lui colle et à ses co-accusés, arrêtés le même jour que lui, les deux chefs d’inculpation pour lesquels ils seront poursuivis puis condamnés à savoir : ” atteinte à l’unité nationale” et “incitation à attroupement non armé”.

Le 10 mars, alors que ses co-accusés sont placés sous mandat de dépôt, Khaled Drareni est libéré sous contrôle judiciaire. Mais sa liberté sera vite re-confisquée la fin mars quand le juge près le tribunal de Sidi M’hamed décide d’annuler la mesure du contrôle judiciaire et ordonne son placement sous mandat de dépôt.

Le 03 août, lors du procès, le procureur requiert quatre ans de prison ferme, quatre ans de privation des droits civiques et 100,000 DA d’amende. Le 10 août, contre toute attente, Khaled Drareni est condamné à trois ans de prison ferme et 50,000 DA d’amende alors que ses co-accusés, libérés provisoirement le 02 juillet, sont condamnés à deux ans de prison dont quatre mois ferme. Ils sont restés en liberté. 

Leur procès en appel a été programmé pour le 08 septembre à la cour d’Alger.






Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR