Connect with us

Politique

A la veille du rendez-vous électoral, rejet des élections législatives et appel à l’arrêt de la répression

Published

on

Plus de 400 citoyens dont des militants politiques, des journalistes, des avocats et des étudiants ont signé une pétition rejetant les élections législatives prévues pour le samedi 12 juin et dénonçant la répression qui cible les militants du mouvement populaire.

« L’Algérie est enfermée dans une politique d’état d’urgence non déclarée. Fermeture de toutes les places publiques, empêchement des manifestations et de toute expression pacifique appelant à un changement démocratique. Tandis que des salles et des canaux médiatiques sont ouverts pour promouvoir l’échéance du 12 juin », ont estimé les 400 signataire à travers un texte rendu public le 10juin.

“Cette situation s’inscrit dans le sillage d’un système en faillite imposant toutes les contraintes possibles pour se maintenir et empêcher le peuple de réaliser sa volonté politique”, ont ajouté les signataires qui considèrent que “les élections n’aboutiront pas au changement espéré et revendiqué par la révolution pacifique”.

Pour le RCD, l’UCP, la LADDH et le RAJ ainsi que pour les centaines d’autres signataires, «la répression agressive des autorités ne peut parvenir à empêcher la voie de la libération portée par ceux qui appellent à la rupture avec le système et ses pratiques » et « ces méthodes d’un autre âge deviennent une menace pour le pays, son unité et sa sécurité ».

C’est pourquoi à travers leur pétition, les signataires appellent les autorités “à l’écoute de l’appel de millions de citoyens pour une transition politique démocratique” en les exhortant à ” la fin immédiate de la répression, à la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion et à leur réhabilitation, au respect des droits de l’homme et du droit aux manifestations pacifiques”.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR