À Constantine, les interpellations continuent

Des centaines de milliers d'étudiants ont réussi à marcher hier, 26 février, dans toutes les wilayas du pays. À Alger, les étudiants ont réussi à sortir dans la rue malgré les dispositifs sécuritaires déployés devant les universités pour empêcher les étudiants de sortir.

Crédit photo : INTERLIGNES MEDIA | Interpellation musclée d'un manifestant par les agents de la police à Alger

Grand Angle (300x600)

Les interpellations se sont continuées, aujourd’hui, à la faveur du deuxième jour de la visite du ministre de la culture du gouvernement Bedoui à Constantine.

Plusieurs « hirakistes » dont cinq étudiants ont été interpellés, ce matin, à l’esplanade de la maison de la culture Malek Haddad. Ils seront conduits au poste de la sûreté urbaine de la cité Fadela Saâdane (Ex-Mme Rock), selon des témoins.

Les manifestants sont venus protester contre la visite de Meriem Merdaci qui s’est réunie à huit-clos avec les responsables du secteur. Ils seront libérés en début d’après-midi.

L’un d’entre eux a été arrêté par la police pour la seconde fois en moins de 24 heures pour les mêmes raisons, a indiqué M.F sur son compte Facebook.

Pour rappel, plusieurs manifestants ont été arrêtés hier, puis relâchés en fin de journée.

Adsence Milieu article