Suivez-nous

Politique

À Bouira, cœur battant de la révolution, la détermination reste inébranlable

Bouzid ICHALALENE

Publié

le

© Ferhat Bouda pour l'agence VU | Khadidja, maman de la détenue d'opinion Samira Messouci, chez elle à Bouira
© Ferhat Bouda pour l'agence VU | Khadidja, maman de la détenue d'opinion Samira Messouci, chez elle à Bouira

Depuis le début de la révolution du sourire, le 22 février 2019, la région de Bouira n’a pas cessé de pousser le Hirak vers l’avant. Avec des dizaines de militants en prison, des blessés dans les hôpitaux, et des familles engagées, cette wilaya est un bastion de la mobilisation. Reportage au cœur d’une région déterminée à « aller jusqu’au bout pour une Algérie meilleure, libre et démocratique ».

« C’est la première fois, dans l’histoire, qu’un vote est empêché au village qui a toujours voté FLN ou RND » a déclaré un jeune manifestant à Fadila Messouci, sœur de la détenue d’opinion Samira. Les habitants du village agricole Thameur, sis à 8 km à l’est de la ville de Bouira, sont fiers d’avoir empêché « la mascarade électorale ».

« Il n’est pas question d’organiser un scrutin dans l’école primaire où Samira Messouci, actuellement en prison pour port de l’emblème Amazigh, a fait ses études primaires », a ajouté l’un des manifestants qui ont renvoyé la gendarmerie, venue escorter le bus de la mairie chargé de déposer les boites de vote à l’école primaire du village.

© INTERLIGNES | Amer Ouchene, Eborgné après les tirs des forces anti-emeutes à Haizer (Bouira) le 12 décembre 2019

À Bouira, les avis ne divergent pas sur l’avenir du mouvement populaire. « J’espère que l’œil que je viens de perdre permettra aux algériens de voir l’avenir avec », nous confie Amer Ouchene, un des éborgnés de Bouira, sur son lit d’hôpital. Déterminé, malgré l’impact reçu à l’œil, Amer et d’autres manifestants ont payé cher le prix de la manifestation du 12 décembre à Bouira.

« Nous sommes sortis manifester pacifiquement comme lors de chaque manifestation, mais, ce jour-là, la police ne voulait pas nous laisser passer, malgré que nous ayons levé nos mains en l’air, en signe de pacifisme » nous raconte Amer.

L’œil droit couvert par un pansement, il ne sait même pas si c’est une balle en caoutchouc ou une bombe lacrymogène qui l’a atteint à l’œil. « Les médecins ne savent pas encore quel impact a touché mon œil, car ils doivent attendre l’arrêt de l’hémorragie pour pouvoir diagnostiquer », ajoute-t-il avant que la chef de service du service d’ophtalmologie nous invite à quitter les lieux et ne pas revenir sans une autorisation de la direction.

© INTERLIGNES | Djamai Amazigh, Eborgné après les tirs des forces anti-emeutes à Haizer (Bouira) le 12 décembre 2019

N’ayant pas répondu à notre demande, nous avons contacté le directeur de l’hôpital, mais ce dernier refuse catégoriquement que nous ayons accès à l’intérieur, sous prétexte que nous ne devons pas filmer le personnel médical. C’est du classique en Algérie.

Comme nous ne sommes pas du genre à abandonner, nous avons cherché à comprendre leur motivation. Officiellement, rien. À l’heure des visites, nous sommes repartis sans le matériel pour rencontrer les deux autres éborgnés qui se trouvent juste après la salle où est hospitalisé Amer Ouchene. Djemai Amazigh est touché à l’œil gauche pour sa part, quant à  Dahmouni Lounis c’est son œil droit qui a été atteint.

Les deux sont choqués par l’attitude des policiers mais restent quand même déterminés. « Je ne comprends pas pourquoi ils ont tiré sur nous », regrette Amazigh qui raconte que, le jour de la manifestation, les manifestants « avançaient en criant Silmiya Silmiya, mais les policiers ont directement tiré sur eux ».

© INTERLIGNES | Dahmouni Lounis, Eborgné après les tirs des forces anti-emeutes à Haizer (Bouira) le 12 décembre

Le même avis est partagé par Lounis, mais ce dernier reste plus déterminé. « Je demande aux manifestants de faire attention, mais il faut dans tous les cas rester pacifiques, car notre arme c’est ça », lance-t-il le regard fixé sur sa main posée sur le pansement recouvrant la perfusion qu’on lui a faite au bras.

Pendant tout ce temps-là, un agent de sécurité est posté devant la porte pour nous surveiller et la chef de service supervise notre visite de très près. Nous avons cherché à en comprendre la raison. Une source au sein du même hôpital nous confie « qu’ils ne veulent pas que le dossier médical des blessés fuite ou qu’il soit consulté par des personnes étrangères à l’hôpital ». Même les fiches de suivi, qui d’habitude sont accrochées sur les lits, ne sont plus-là.

Les habitants de la région de Bouira défilent les uns derrière les autres afin de rendre visite aux « blessés de la révolution ». Dans quelques localités avoisinant le chef-lieu, les citoyens ont lancé des « quêtes » afin de pouvoir soigner les blessés à l’étranger, notamment en Tunisie. Selon l’un des initiateurs qui a souhaité garder l’anonymat, « les gens de la région sont très généreux » nous confie-t-il en assurant que « la somme nécessaire sera largement collectée pour soigner les héros de la révolution du sourire ».

« c’est le couvre-feu ! »

À Haizer, commune située au pied du massif du Djurdjura, à 8 km au nord-est de Bouira, la détermination pour « aller jusqu’au bout » est perceptible dans les regards des citoyens. « Nous n’allons pas les lâcher, ils ont tiré sur nos frères alors que nous étions pacifiques. C’est impardonnable ! », nous livre un des manifestants qui a assisté aux heurts avec les forces de l’ordre, le jour du vote. Glissé dans son Burnous, la tête sous un bonnet pour se protéger du froid glacial, Amine* nous confie qu’à Haizer « c’est le couvre-feu ».

Accoudé au comptoir d’un café au centre du village, le regard fixé sur les collines, il nous explique que « depuis le jour du vote, aucun policier ou gendarme ne peut circuler dans la commune ». « Peut-être qu’ils sortent entre 2 heures et 5 heures du matin, mais pas la journée, car ils savent très bien que rendre une personne aveugle ou borgne, c’est une chose inacceptable ».

Les jeunes du village sont très fiers d’eux. « Nous avons tout donné pour cette révolution et nous n’allons pas faire machine arrière », nous confie un des détenus de l’emblème Amazigh récemment libéré. « C’est notre dernier espoir, car si le système ne change pas cette fois-ci c’en est fini de l’Algérie », ajoute-t-il.

Ici, les vieux, les femmes et même les enfants sont très au fait de la chose politique et ne cachent pas leur rejet du vote. Les anecdotes sur ce vote se racontent ici avec ironie. « Le directeur du Lycée à Haizer, originaire de Aïn Bessam, a procédé à la levée des couleurs le dimanche 15 décembre, soit trois jours après le vote. Les élèves ayant aperçu des traces d’encre sur son index lui ont dit : puisque tu as voté, c’est la grève générale ».

« Il n’avait plus le moral et c’est moi qui m’occupais de lui »

Sur le chemin du retour vers Bouira, les deux barrages fixes de police et de gendarmerie sont abandonnés. Aucun policier ou gendarme ne se trouve sur les lieux des points de contrôle. Dans les cafés de la ville, les gens parlent de la politique et prennent à cœur la situation du pays. Le détenu Akli Okbi est arrêté pour port de l’emblème Amazigh le 21 juin passé, et libéré par le tribunal de Bab El Oued (Baïnem) le 13 novembre dernier, en compagnie de quatre autres détenus, dont deux de son village Haizer.

 « Notre joie sera complète le jour de la libération de tous les détenus d’opinion et la libération de l’Algérie », nous confie-t-il en citant un prisonnier qu’il a laissé à El Harrach. « Je ne suis pas du tout heureux pour ma libération, car quand j’étais devant la porte de la prison, j’ai tout de suite pensé à un jeune prisonnier que j’avais laissé à l’intérieur, dans la même salle où j’étais. Il n’avait plus le moral et c’est moi qui m’occupais de lui ».

Au retour à Thameur, village où habite la famille de Samira Messouci, sa maman Khadidja nous accueille, chez elle, à bras ouverts. « Je ne sais pas comment attendre pendant ces quelques jours qui restent avant sa libération », nous lance-t-elle avec des yeux qui brillent sous la pression des larmes. « Samira le savait. Un jour, elle nous avait dit, tout en rigolant, quelle allait être arrêtée et qu’elle passerait six-mois de prison », confie-t-elle avant de fondre en larmes.

© Ferhat Bouda pour l'agence VU | Khadidja, maman de la détenue d'opinion Samira Messouci avec sa soeur Amina, chez elles à Bouira
© Ferhat Bouda pour l’agence VU | Khadidja, maman de la détenue d’opinion Samira Messouci avec sa soeur Amina, chez elles à Bouira

L’emprisonnement de sa fille est très dur pour elle. Mais elle reste fière de sa fille. « Un jour de visite en prison, j’attendais qu’elle arrive. À peine est-elle entrée, qu’elle crie avec un grand sourire dessiné sur son visage : Khadidja, Ma tzidich tebki, Bentek moudjahida (Khadidja, ne pleure plus, ta fille est une combattante) ». La semaine prochaine, Samira sera libérée et le village Thameur accueillera son étoile.

À Bouira, malgré les violences policières, les emprisonnements et les blessures que subissent les militants, la détermination se lit dans les regards, s’entend dans les paroles et se ressent dans l’atmosphère.

Pour les éborgnés, deux d’entre eux feront le déplacement en Tunisie ce mardi 24 décembre pour se soigner, à « défaut de prise en charge médicale de qualité chez nous, en Algérie ». Pour les militants, ceci est une autre raison pour laquelle, « il faut continuer à se battre pour une Algérie d’égalité sociale ».

Directeur de publication. Passionné par l'enquête et le reportage. Je m'intéresse à tout ce qui se passe autours de moi.

Publicité
2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Avatar

    Ali amar

    23 décembre 2019 à 10:30

    Vous faites l’éloge dun village et de ses habitants pour leur sauvagerie qui na rien de silmiya en attaquant et brulant les édifices publics et les forces de sécurité qui ont eu plusieur blessés graves en faisant leur devoirs de protection du bien publique. Puique les habitants ont décidé de ne pas voter pourquoi alors sortir les urnes et les bruler dans la rue.Ce journaliste est un partisant du mak et encourage la rebellion et la destrucion de l’état mais cette region de haizer est insignifiante et inconnue de lalgerie et na aucun impact parce que inconnue pour les algeriens.Donc vous pouvez faire grève toute votre vie et bruler même vos villages personne ne se souciera de vous.nous avons un president et l’Algérie vie normalement.

    • Avatar

      Nouveau

      27 décembre 2019 à 01:25

      C’est pas beau de mentir comme ça. Pense à ce qui t’arrivera lorsque tu rejoindras ton maître Gaïd Salah dans l’au-delà. Tu n’es surement pas un vrai croyant, mais un cachiriste à la solde de la mafia du pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Activistes du hirak : « nous voulons aller vers une conférence unitaire »

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© DR | Conférence de presse des activistes de la société civile

Plusieurs collectifs de la société civile, regroupant aussi des activistes présents dans le hirak, veulent aller vers une « conférence nationale unitaire », ouverte à tous les acteurs politiques et sociaux engagés avec le mouvement populaire. C’est ce qu’ils ont expliqué les initiateurs de cette nouvelle démarche, lors d’une conférence de presse, tenue finalement au siège de l’association SOS disparus, après avoir été empêchés, dans la matinée, de l’organiser au niveau de l’hôtel d’El Biar.

En effet, des acteurs du “Hirak” d’au moins 21 wilayas ainsi que de la diaspora, devront prendre part, selon eux, « à la conférence prévue jeudi prochain à la salle Harcha d’Alger ». Une conférence qui devra, expliquent-ils, adopter une « Proclamation du 22 février », en référence à la date des premières grandes manifestations contre la candidature à un cinquième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

« La Proclamation du 22 février est un texte consensuel qui sera présenté lors de cette conférence. Le document s’inspire des revendications du Hirak et de ses slogans », précise Saïd Salhi, membre du collectif de la société civile pour le changement et vice-président de la LADDH. Selon lui, « Yetnahaw Ga3 » (Qu’ils dégagent tous, ndlr), l’une des revendications phares de la contestation, traduit un fort désir de rupture et d’un nouveau système ».

Refusant de se présenter comme des représentants du Hirak, les initiateurs affirment que leur but est de donner « une alternative politique au mouvement ». « Nous sommes partie prenante du hirak. Nous sommes un prolongement de ce qui s’est passé aujourd’hui à Kherata (marche de célébration du 1er anniversaire du hirak) et on s’inscrit totalement dans le hirak », souligne d’emblée Saïd Salhi. Selon lui, le hirak a sécrété différentes sensibilité et il est temps « d’aller vers une conférence unitaire.

La deuxième année du Hirak doit être celle de l’organisation ». « Le but est de réunir l’ensemble des sensibilités autour d’une charte unique. Un document qui sera rendu public à l’issue de la conférence », indique pour sa part, Abdelhafid Tamert. La conférence de jeudi reste, cependant, tributaire de l’autorisation des services de la DRAG de la wilaya d’Alger.

Durant toute la conférence, les différents intervenants sont restés prudents, en insistant sur leur qualité. Il ne s’agit pas de parler au nom du Hirak ou de se substituer à celui-ci. C’est une initiative parmi d’autres. Aujourd’hui, l’urgence est de permettre des jonctions et des connexions entre tout ce qui se fait comme propositions au sein du Hirak en vue d’aller vers des propositions unitaires et consensuelles.

Cela va permettre au Hirak de construire un rapport de force politique et traduire les revendications exprimées dans la rue de manière consensuelle en une plateforme unitaire », soutiennent-ils. Les initiateurs affichent aussi l’ambition de « rassembler tout le monde quelles que soient leurs différences idéologiques ». « Ce qui doit prévaloir c’est notre amour pour ce pays, l’unité nationale par l’acceptation de l’autre, et enfin notre engagement avec le Hirak et cette volonté populaire qui demande le changement », estime l’avocat Me Hafid Tamert.

Lire la suite

Politique

Recensement général de la population au deuxième semestre de 2020

Achour Nait Tahar

Publié

le

© DR | Recensement général de la population au 2e semestre 2020

Un recensement général de la population sera effectué au deuxième semestre de l’année en 2020, c’est ce qu’a annoncé dimanche 16 février, le ministre des finances, Abderrahmane Raouya.

Intervenant lors de la réunion du gouvernement et les walis, le ministre précise que cette opération aura lieu pour la sixième fois dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Raouya souligne l’importance que revêt cette opération, considérée comme un outil principal de prise de décisions pour les pouvoir publics que se soit au niveau central où local.

Ce recensement permettra également, ajoute le ministre, de répondre aux impératifs de planification et de conception des programmes de développement et de renforcement des outils d’analyse et de recherche.

S’agissant de la contribution des dépenses publiques au financement des programmes de développement, le ministre a souligné que le mode des dépenses employé auparavant ne peut être conservé compte tenu de la situation économique actuelle, qui “nécessite plusieurs réformes de la fiscalité locale”.

Dans ce contexte, Raouya a révélé que la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) représente environ 48% du total des recettes fiscales des collectivités locales. Le montant de la recette est de l’ordre de 221,5 milliards de dinars, sur un total de 463,3 milliards de dinars obtenus par les collectivités locales en 2019.

Il a ajouté que les collectivités locales “ne font pas d’efforts suffisants pour recouvrir leurs propres ressources financières“, soulignant la préparation de “nouvelles réformes” qui prévoit la suppression de la TAP. Les collectivités locales doivent se baser sur d’autres ressources fiscales.

Lire la suite

Politique

Rencontre Gouvernement-walis : Vers la criminalisation de l’évasion fiscale

Avatar

Publié

le

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a annoncé, dimanche à Alger, la préparation d’une loi criminalisant le non-paiement des impôts.

“Une loi criminalisant le non-paiement des impôts est prévue, à l’instar de ce qui est vigueur dans plusieurs pays à travers le monde, dont les Etats-Unis où le non-paiement des impôts est considéré comme étant un crime économique”, a déclaré le Président Tebboune à l’ouverture de la rencontre Gouvernement-walis.

“Certains prétendent être parmi les plus riches de ce pays, alors qu’ils figurent en bas du classement des contribuables, tandis que le fonctionnaire, lui, s’acquitte de ses impôts par retenue sur salaire”, a soutenu le Président. .

Par ailleurs, M. Tebboune a évoqué les créances bancaires de certains investisseurs, ayant dépassé 1.000 milliards DA en janvier 2020.     

“En janvier dernier, certains investisseurs devaient un montant de 1216 milliards DA aux banques”, a-t-il dit.

“Le passé récent tragique a provoqué une hémorragie des fonds de l’Etat, en devise et en dinar, c’est pourquoi les citoyens s’interrogent aujourd’hui sur les méthodes à même de garantir les financements”, a ajouté le Président Tebboune.

“Le financement existe mais les remboursements ne sont pas effectués”, a affirmé le Président de la République

Lire la suite

Tendances