Catégories
Politique

Affaire Rabeh Karèche : Le procureur fait appel de la décision du transfert du dossier devant le tribunal correctionnel

Le procureur de la République près le tribunal de Tamanrasset a fait appel de la décision du juge d’instruction de transférer le dossier du journaliste Rabeh Kareche devant le tribunal correctionnel, a informé ce mercredi 23 juin, maître Bakouri Amirouche, membre du collectif de la défense.

D’après l’avocat, l’audience devant la chambre d’accusation près la Cour de Tamanrasset est programmée pour le 29 juin.

Alors que le procès du journaliste devait être programmé avant le 17 juillet après le renvoi du dossier devant le tribunal correctionnel, cela risque d’être retardé si la chambre d’accusation décide de la poursuite de l’instruction en acceptant l’appel du procureur, expliqué maître Bakouri Amirouche.

Incarcéré depuis le 19 avril, le journaliste est poursuivi pour « création d’un compte électronique pour y publier des renseignements pour la promotion d’un programme d’idées, d’informations, dessin ou photo susceptibles de provoquer la discrimination et la haine dans la société”,“atteinte à l’intégrité du territoire national” et “propagation des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics” conformément à l’article 34 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine et aux articles 79 et 196 bis du code pénal.

La justice algérienne reproche au journaliste d’avoir publié au quotidien Liberté des articles de presse sur le récent découpage administratif qui a fait passé le nombre de wilayas de 48 a 58.

Le président de la République s’est exprimé sur le cas du journaliste le 2 juin dernier lors d’un entretien accordé au magazine français Le Point.

« Il a joué à tort au pyromane sur un sujet très sensible. Très grave”, a affirmé le chef de l’Etat.

Une déclaration qui a suscité la colère des avocats du journaliste qui ont accusé le Président de violation du secret d’instruction et de la présomption d’innocence.

Catégories
Politique

Tamanrasset : le journaliste Rabah Kareche placé sous mandat de dépôt

Le journaliste Rabah Kareche, correspendant du quotidien Liberté à Tamanrasset a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal Tamanrasset.

Convoqué hier, et maintenu en garde à vue toute la nuit, le journaliste Rabah Kareche a été présenté ce matin devant le procureur de la république qui, par la suite a déféré son dossier devant le juge d’instruction qui a ordonné son placement sous mandat de dépôt.

Il est poursuivi par l’article 34 de la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine qui stipule que « quiconque créé, administre ou supervise, un site ou un compte électronique pour y publier des renseignements pour la promotion d’un programme d’idées, d’informations, dessin ou photo susceptibles de provoquer la discrimination et la haine dans la société » et les deux articles 79 et 196 bis du code pénal qui stipulent « quiconque, hors les cas prévus aux articles 77 et 78, a entrepris, par quelque moyen que ce soit, de porter atteinte à l’intégrité du territoire national » et « quiconque volontairement diffuse ou propage, par tout moyen, dans le public des informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses, susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l’ordre publics. En cas de récidive la peine est portée au double. »

Rabah Kareche a été privé de sa liberté malgré l’article 54 de la constitution qui interdit ce genre de pratique, en précisant que « le délit de presse ne peut être sanctionné par une peine privative de liberté ».

“Harcelé”, depuis des mois par la police judiciaire et convoqué à plusieurs reprises par la section de la cybercriminalité, le journaliste a répondu, au total, à 5 convocations. Il avait été auditionné, avait-il précisé, “sur ordre du Procureur de la république au sujet d’articles de presse publiés dans le journal Liberté”.

La dernière en date, le 29 mars dernier, Rabah Kareche avait expliqué que “l’information a été donnée par d’autres organes de presse sur la base d’une correspondance officielle adressée aux walis concernés par ce rapatriement, mais on m’a reproché le fait d’aller plus loin dans les détails, en divulguant les itinéraires des convois”.

Le mis en cause avait indiqué qu’on lui avait “demandé les coupons de presse des journaux qui ont traité la même information, une année après sa publication, ainsi que le document de base fixant les itinéraires empruntés par les transporteurs des wilayas concernées par cette opération de rapatriement“.

Pour rappel, le journaliste traite beaucoup les sujets liés à l’immigration clandestine, notamment, les Subsaharien qui rentrent en Algérie afin de rejoindre les pays de l’Europe à travers la Libye ou bien le Maroc.

Catégories
Société

Tamanrasset: le journaliste Rabah Karèche une nouvelle fois auditionné par la police

Le journaliste et correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset, Rabah Karèche, a été une nouvelle fois convoqué par le bureau de lutte contre la cybercriminalité de la Police judiciaire. Il a été auditionné au sujet d’un article publié sur les colonnes du même journal.

Le journaliste affirme que c’est la 4e convocation après celles envoyées consécutivement en février dernier. Il a été auditionné, précise-t-il, sur ordre du Procureur de la république au sujet d’un article de presse intitulé « L’opération touche 30 wilayas, Rapatriement massif de migrants clandestins », publié par Liberté dans sa livraison du 14 janvier 2020.

Encore une fois, les enquêteurs ont « insisté sur ma source d’information comme si cette opération relève des affaires classées secret défense », a-t-il souligné. A ce propos le journaliste explique que « l’information a été donnée par d’autres organes de presse sur la base d’une correspondance officielle adressée aux walis concernés par ce rapatriement, mais on m’a reproché le fait d’aller plus loin dans les détails, en divulguant les itinéraires des convois ».

Rabah Karèche a indiqué qu’on lui a « demandé les coupons de presse des journaux qui ont traité la même information, une année après sa publication, ainsi que le document de base fixant les itinéraires empruntés par les transporteurs des wilayas concernées par cette opération de rapatriement ».

Catégories
Politique

Tamanrasset: le journaliste Rabah Karèche de nouveau auditionné par la police

Le journaliste et correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset, Rabah Karèche, a de nouveau été auditionné par la police judiciaire « à cause d’articles journalistiques sur des des policiers », a informé le concerné lui-même.

« Ce jeudi, 04 février 2021, je me suis encore présenté au bureau de la lutte contre la cybercriminalité de la PJ de Tamanrasset suite à une 3e convocation qui m’a été remise la veille, le 03 février 2021 », a indiqué Rabah Karèche.

Selon la même source, l’interrogatoire qui a duré de 10h30 à 13h05 tournait au tour de trois articles publiés durant la période allant d’octobre 2020 à janvier 2021. Tous traités d’affaires en relation avec les éléments de la sûreté nationale.

« Des questions qui m’ont déjà été posées lors de la 1ère audition du 01 février 2021, m’ont été posées de nouveau sous prétexte de sanctionner un autre PV indépendamment de celui évoquant l’article « complices d’un réseau de passeurs récemment démantelé, trois policiers arrêtés et écroués à Tamanrasset », paru dans l’édition du 17 octobre 2020″, a indiqué Rabah Karèche qui précise que « d’autres questions personnelles » lui ont été posées.

En outre, Rabah Karèche rappelle qu’il ne s’agit pas de sa première audition par la police. « Cette forme « d’intimidation » dure depuis le début du Hirak, en 2019 », a-t-il dit, ajoutant avoir été auditionné le 26 juin 2019.

« Dès mon arrivée, le chef de la BRI a essayé de me faire croire qu’il s’agissait d’un simple interrogatoire pour avoir des informations relatives aux correspondants locaux de presse. Mais il a fini par avouer qu’on a reçu des instructions de leur haut commandement pour me prendre en filature et surveiller tous mes mouvements à l’intérieur de la wilaya », a-t-il indiqué.

Catégories
Société

Tamanrasset: un accident de la route fait 21 morts

21 personnes, de différentes nationalités africaines, sont décédées jeudi 31 décembre, dans le renversement d’un véhicule 4×4 à Tamanrasset. 10 autres ont été blessées, selon les informations communiquées par la Protection civile à l’agence de presse APS. 

Le premier bilan établi faisait état de 20 morts et 11 blessés avant qu’il ne soit revu à la hausse après le décès d’un des touchés peu avant son transfert à l’hôpital. D’après la Protection civile, le drame s’est produit à 16h20 dans la commune d’Aïn M’guel, sur la route entre Ain Salah et Tamanrasset.

Selon une déclaration du chargé de communication de la protection civile de la wilaya de Tamanrasset, le sous-lieutenant Abdelfettah Mouatsi, à l’APS 31 personnes qui étaient à bord du véhicule dont 30 de nationalités africaines. Le chauffeur, qui est lui de nationalité algérienne, figure parmi les victimes.

Les dix blessés ont été transférés à l’hôpital de Tamanrasset où, affirme le wali à la même source, « les moyens nécessaires et les équipes médicales ont été mobilisés pour leur prise en charge ». Les corps des victimes ont été transférés à la morgue du même établissement sanitaire.

La Gendarmerie nationale a ouvert une enquête afin de déterminer les causes de l’accident.

 

Quitter la version mobile
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR