Catégories
Sport

Euro: l’éternelle Italie sacrée, le rêve des Anglais brisé

L’Italie, en pleine renaissance, a brisé le rêve de l’Angleterre aux tirs au but (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.) pour s’adjuger un deuxième Euro, dimanche en finale à Londres, dans le volcan incandescent et indiscipliné de Wembley, temple du foot au coeur gros.

La Mère patrie du ballon rond pensait enfin ramener un titre à la maison, cinquante-cinq ans après le dernier acquis en Coupe du monde 1966. Mais la bande de Gordon Banks, Bobby Charlton et Geoffrey Hurst, tombeuse de la RFA à domicile, n’a pas encore trouvé de successeurs.

C’est finalement l’Italie du mister Mancini, pourtant douchée par un but de Luke Shaw après 117 secondes (2e, 1-0), qui monte sur le trône laissé vacant par les Portugais, champions d’Europe en 2016 sur le terrain des Français. La malédiction du pays hôte continue de frapper.

« Nous avons été courageux, vraiment courageux. On a encaissé ce but rapidement, cela nous a mis en difficulté, mais après on a dominé la rencontre. Mes joueurs ont été merveilleux. C’est quelque d’important pour tout notre peuple et pour tous nos supporters », s’est émerveillé le sélectionneur Roberto Mancini au micro de la RAI.

Au jeu des tirs au but, les Anglais se sont littéralement écroulés, malgré deux arrêts de Jordan Pickford. Marcus Rashford, Jason Sancho et Bukayo Saka ont raté leur tentative, laissant le gardien italien Gianluigi Donnarumma exploser de bonheur, devant la tribune désormais éteinte des plus fervents supporters anglais.

Le sélectionneur anglais Gareth Southgate a endossé la responsabilité de l’échec. « J’ai choisi les tireurs », a-t-il assumé auprès de la chaîne britannique ITV. « C’était ma décision de lui donner ce penalty », a-t-il continué au sujet du dernier tireur anglais, le jeune Bukayo Saka (19 ans), dont la frappe a été arrêtée par le gardien italien Gianluigi Donnarumma. « On a travaillé ça avec eux à l’entraînement. C’était un pari ».

Les quelque 7.500 tifosi présents ont hurlé de bonheur quand le capitaine Giorgio Chiellini a soulevé la coupe, sous une pluie de confettis, 53 ans après le premier et dernier sacre continental des Azzurri en 1968. Et les larmes qui coulaient sur les joues de Manuel Locatelli, tombé dans les bras du blessé Leonardo Spinazzola, étaient de joie.

Fête gachée

C’est une véritable douche froide en revanche pour la sélection des « Three Lions », persuadée que son heure était enfin venue.

Partout en ville, de Piccadilly Circus à Leicester Square, dans les rues ou dans les pubs, les mêmes scènes dimanche: un patchwork de maillots, drapeaux et chapeaux aux couleurs de la sélection anglaise, du maquillage sur les visages et des ballons sur les voitures ou les devantures, des klaxons et du bruit, beaucoup de bruit!

Devant Wembley, une marée rouge et blanche a chaviré en fin d’après-midi, bercée par les tubes « Football is Coming Home » ou « Sweet Caroline », dans une odeur teintée de fumigènes et d’alcool, avec des débris de verre par milliers et des masques quasiment absents.

L’ambiance s’est parfois tendue quand des personnes, éméchées, ont jeté en l’air des pierres, canettes de bières, sacs à dos et cônes de signalisation sur des passants, ou quand des supporters sans billet ont réussi à s’introduire dans le stade, selon la police et la société gestionnaire du stade londonien.

A l’intérieur de Wembley, 67.173 spectateurs selon l’UEFA étaient massés les uns contre les uns, en très grande majorité des Anglais, non loin d’un parterre de personnalités comprenant le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président italien Sergio Mattarella, l’acteur Tom Cruise ou l’ex-footballeur David Beckham.

Bonucci répond à Shaw

Sur les écrans, le prince Williams est apparu hilare au moment de l’ouverture du score anglaise. La rapidité et l’identité de l’improbable buteur y étaient sûrement pour quelque chose: après 117 secondes de jeu, Shaw dépassé un record de précocité pour un but inscrit dans une finale de l’Euro, qui remontait à 1964.

« Lucky » Luke a dégainé d’une demi-volée sèche au second poteau à la réception d’un centre de Kieran Trippier, l’invité surprise du onze de départ anglais, après une montée de balle du capitaine Harry Kane qui a fait lever tout le stade.

Un dégagement en touche en force? Le public se lève, le poing rageur! Un contrôle italien mal exécuté? Pareil. Le public anglais a montré qu’il avait du coffre, mais aussi du vice parfois, comme lorsqu’il a copieusement Fratelli d’Italia, l’hymne italien.

Avec leur jeu court et leurs dribbles habiles, les Azzurri ont bien essayé de remettre l’église au centre du village, mais Federico Chiesa a manqué sa première tentative (34e) et Lorenzo Insigne n’a pas fait mieux (51e). A force de pousser, ils ont pourtant fait craquer leurs rivaux.

Pickford a repoussé l’échéance une première fois avec sa main ferme sur une frappe de Chiesa (62e), mais pas la seconde. Il a certes repoussé une tête de Marco Verratti sur le poteau, mais l’inusable Leonardo Bonucci a bien suivi (67e).

Le défenseur de la Juve s’est même amusé à hurler devant la caméra « It’s coming to Rome », parodiant le tube « Football is coming home » des fans anglais…

Neuf ans après sa dernière finale d’Euro, perdue en 2012 contre l’Espagne (4-0), la Nazionale rentre chez elle avec un nouveau titre européen dans les valises, après celui de 1968. Sous l’impulsion de Roberto Mancini, elle s’est replacée dans la cour des grands et dans plus d’un an, elle lorgnera forcément sur la Coupe du monde au Qatar.

Catégories
Economie

Les prix du pétrole chutent après la découverte d’une nouvelle variante du coronavirus

Une chute de 5% des cours du pétrole a été enregistrée ce lundi en Angleterre, cela s’explique par la découverte d’une nouvelle variante du coronavirus « plus contagieuse », selon le premier ministre britannique Boris Johnson. Cette nouvelle souche oblige ainsi le pays à faire de nouveau face à de nouvelles mesures de limitations de déplacements imposées aux frontières britanniques ce qui influence les perspectives de relance économique.

Ce lundi le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février chutait de 5,44% à Londres à 49,52 dollars tandis que le WTI américain abdiquait à 5,13% à 46,58 dollars.

En effet, « ce matin, le marché est focalisé sur la nouvelle variante du Covid-19 » découverte au Royaume-Uni, qui fait suite à cela de l’ombre à l’accord du Congrès américain sur un plan de soutien à l’économie, annonce Stephen Brennock, analyste au sein de Pvm Oil .

Frappé de plein fouet par une souche du coronavirus qui semble se transmettre beaucoup plus facilement, le Royaume-Uni se trouve mis à l’isolement après que plusieurs pays aient annoncé ce lundi la suspension de leurs déplacements en provenance du territoire britannique.

Suite à cela, « le marché réagit car il y a limitation des mouvements« , estime l’analyste, Stephen Innes. Les interdictions de liaison entre les pays causées par la pandémie de la Covid-19 ont sévèrement fait chuter les prix du brut cette année, et ce, en raison du manque d’utilisation des voitures, ainsi que des avions par les consommateurs qui étaient en confinement.

Paradoxalement, la nouvelle mutation du coronavirus laissant apparaître cette nouvelle variante, a néanmoins éradiqué au moins partiellement les espoirs d’une reprise de la demande avec les campagnes de vaccination qui commencent et qui avaient, rappelons le, entraîné le pétrole à une hausse de plus de 40% depuis les premières annonces début du mois de novembre.

En sus, le dollar, est lui montait lundi, rendant le coût de l’or noir plus élevé pour les investisseurs utilisant d’autres devises.

Catégories
Monde

Brexit: reprise des négociations commerciales avec l’UE dès lundi

Les négociateurs britanniques et ceux de l’Union européenne reprendront lundi les négociations portant sur un accord commercial post-Brexit à Londres, selon un communiqué publié samedi par l’office de Boris Johnson alors que des « différences importantes » subsistent encore entre les deux parties.

En effet, à l’issue d’un entretient téléphonique entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen samedi, il a été question d’établir un « bilan des progrès des négociations ».

Toutefois, le Premier ministre a déclaré que, « bien que des progrès ont été accomplis au cours des discussions récentes, des différences significatives subsistent dans un certain nombre de domaines, notamment les règles du jeu équitables et la pêche« , selon le document de Downing Street.

Suite à cela, « le Premier ministre et la présidente sont convenus que leurs équipes de négociation continueront les pourparlers à Londres la semaine prochaine, à partir de lundi, afin de redoubler d’efforts pour parvenir à un accord« , a-t-il poursuivi et cela, « en acceptant de rester en contact sur les négociations ».

De son côté, Mme von der Leyen a souligné que « des progrès ont été réalisés, mais de grandes différences subsistent« .

Néanmoins, »nos équipes continueront de travailler dur la semaine prochaine« ,a-t-elle écrit sur Twitter

Par ailleurs, le National Audit Office (NAO), l’organisme de surveillance des dépenses du gouvernement britannique, a mis en garde contre des « perturbations importantes » lorsque la période de transition du Brexit se clôtura d’ici la fin de l’année.

C’est pourquoi, quel que soit le résultat des négociations post-Brexit pour un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, il y aura une mutation significative à la frontière en 2021, soulignant également que les les préparatifs pour gérer la frontière à la fin de la période de transition restent laborieuses, a déclaré vendredi le NAO.

Pour rappeler les faits, le Royaume-Uni et l’Union européenne ont entamé leurs négociations post-Brexit en mars après que Londres a mis fin à son adhésion au bloc le 31 janvier, essayant de conclure un futur accord commercial avant l’expiration de la période de transition du Brexit.

Avec AFP

Catégories
Sport

José Mourinho nouveau coach de Tottenham

Le pensionnaire de la première league anglaise, Tottenham Hotspurs, a officiellement engagé le technicien portugais José Mourinho  à la tête de sa barre technique au lendemain de sa séparation avec son entraineur  Mauricio Pochettino.

Mourniho retrouve le banc, une année, après sa mise l’écart par Manchester United. Le spécial One s’est engagé avec les Spurs jusqu’en 2023.

Auparavant Mourinho a eu une carrière très riche, durant laquelle il a été entre autres entraîneur du FC Porto de 2002 à 2004, avec lequel il a gagné la ligue des champions en 2004. De 2004 à 2007  il drivé Chelsea, remportant deux fois le titre de champion d’Angleterre, en 2005 et 2006. Par la suite, il s’est engagé avec l’inter de Milan qu’il a mené sur le toit de l’Europe en remportant la ligue des champions en 2010.

A la tête du Real Madrid pendant trois ans, de 2010 à 2012, il gagne le titre de la liga mais il échoue en ligue des champions, ce qui le contraint à se séparer des Merengues et fait son comeback chez les blues de Chelsea, mais ne fait pas long feu.

En 2016 il  atterrit  à Manchester United pour une nouvelle aventure qui s’est soldée par sa mise à l’écart pour mauvais résultats. La carrière du Spécial One n’est pas prête de s’arrêter de sitôt. En relevant de nouveau un challenge, en s’engageant avec les Spurs, « Mourinho is Back ».

Catégories
En continu Sport

Officiel: Slimani rejoint Newcastle

Courtisé par l’AS Monaco, le Besiktas et d’autres formations à l’étranger, Islam Slimani restera, comme il l’avait souhaité, en Angleterre. Après des négociations très serrées avec ses dirigeants, l’Algérien a obtenu son bon de sortie et devrait, dans les heures qui viennent, parapher son contrat de prêt avec Newcastle. Slimani est en route à Newcastle pour passer la visite médicale et  signera avec sa nouvelle formation  dans la foulée.

Option d’achat

Un accord aurait été trouvé entre les Magpies et Leicester pour le prêt de l’attaquant algérien. Toutefois, on ne sait pas encore si les Noir et Blanc auront une option d’achat. Les Magpies devancent West Ham et l’AS Monaco qui s’étaient également positionnés sur le dossier. Slimani a disputé 12 rencontres de Premier League cette saison, pour 2 titularisations seulement. Courtisé en Angleterre, en France ou encore en Turquie, Islam Slimani va finalement rester en Premier League et rebondir du côté de Newcastle.

Quitter la version mobile
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR