Connect with us

Politique

56e vendredi du Hirak : « le système est plus nocif que le coronavirus »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© Meriem Nait Lounis | 56e vendredi de mobilisation à Alger

Le mouvement populaire ne cède pas à la psychose. Malgré les craintes justifiées suscitées par la propagation de la pandémie du coronavirus et l’annonce de la fermeture des écoles, des universités et des centres de formation professionnelles, les Algériens sont sortis massivement pour dire, un fois de plus, que la révolution pacifique se poursuivra encore.

En effet, le 56e vendredi de la mobilisation a été marqué par un engouement populaire impressionnant. A Alger et dans de nombreuses villes du pays, des foules nombreuses ont battu le pavé et ont affiché leur détermination à poursuivre la lutte pacifique pour l’avènement d’une République démocratique.

A Alger, à Annaba, à Constantine, à Sétif, à Jijel, à Bejaia, à Bouira, à Tizi Ouzou, à Boumerdes, à Blida, à Mostaganem, à Oran et à Tlemcen, à El Oued, la mobilisation était au rendez-vous.

Les marcheurs, dont certains portaient des masques de protection, affirme, toutefois, que le « le système est plus nocif que le coronavirus ». Donc point de peur. Du moins pour l’instant. Malgré l’enregistrement de deux décès parmi les 24 cas de contamination recensés jusque-là, les manifestants restent concentrés sur l’objectif final : la rupture avec le système en place.

Comme à chaque vendredi, Alger a été le théâtre d’au moins trois manifestations, dont la plus importantes s’est ébranlée à partir de Bab El Oued, en passant par la place des martyrs avant d’arriver à Alger-Centre. En effet, une marée humaine a déferlé sur la Rue Aslah Hocine, entonnant des slogans hostiles au pouvoir en place, au président Tebboune et au commandement militaire.

De nombreuses arrestations

Les manifestants, à la rue Didouche Mourad, menacent de revenir, demain samedi 14 mars, dans la rue pour une nouvelle manifestation. Ils veulent défier le pouvoir en place qui ne veut pas d’une nouvelle journée du Hirak, après celle de vendredi et de mardi.

La répression qui s’est abattue sur les manifestants, samedi dernier, n’a pas lassé les hirakistes indifférents. Ils affichent, ainsi, leur détermination à investir également la rue pour maintenir la pression sur le pouvoir en place.

Les foules des manifestants réclament, à nouveau, la libération des détenus politique et d’opinion, dont Karim Tabbou, le président de l’Association RAJ, Abdelwahab Fersaoui, Samir Belarbi, placé à nouveau sous mandat de dépôt. En dépit du caractère pacifique de la marche, les forces de police ont quand même procédé à des interpellations de manifestants, dont deux étudiants.

Bien avant le début de la manifestation, les forces de police ont procédé, au moins, à une trentaine d’arrestation, notamment à proximité de la rue Didouche Mourad. On ignore, pour s’ils ont remis en liberté à la fin de la marche ou non. Arrêté et placé sous contrôle judiciaire, mardi dernier, le journaliste Khaled Drareni, est revenu aujourd’hui dans la marche pour poursuivre son travail de journaliste.    

Politique

Covid-19: Le point sur la pandémie dans le monde

Feriel Bouaziz

Published

on

© DR |

40 .346 078 cas d’infection ont été recensés dans le monde, dont plus de 8,2 millions aux Etats-Unis, le Royaume-Unis avec 43.646 morts. Au moins 1 1.17 577 morts ont été déclarés.

Virus: Tunisie soumise a un couvre-feu sur l’ensemble du territoire

Toutes les régions de Tunisie seront soumises à un couvre-feu à partir de mardi sur instruction du chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, indique un communiqué de l’exécutif. Pour lutter contre la propagation du coronavirus, un couvre-feu nocturne a , déjà, été décrété dans le Grand Tunis, Sfax, Sousse et Monastir.

Le bilan total grimpe ainsi à 40.542 cas confirmés de coronavirus, dont 626 décès et 5 032 Guérison (APS)

5 millions de cas au Brésil

Le Brésil a franchi mardi la barre des cinq millions de personnes contaminées par le coronavirus. Le pays comptabilise désormais 5.250727 cas au total dont 15.383 recensés au cours des dernières 24h.
En outre, le pays de 212 millions d’habitants a déploré 271 nouveaux décès en 24 heures, portant un total allant a 154.176 morts.

Plus de 200.000 cas au Canada

Le Canada a franchi le seuil des 200.039 cas d’infections depuis l’apparition de la pandémie en décembre 2019 dans la province de Wuhan en Chine.
Ainsi, le nombre de décès s’est, lui, établi à 9.772 morts, tandis que le nombre de guérisons s’est élevé à 10.000 morts, selon les chiffres officiels des provinces compilés par plusieurs chaînes de télévision, ajoutant qu’environ 80% de ces cas et plus de 90% des morts étaient recensés dans les deux plus grandes provinces du pays, l’Ontario et surtout le Québec, épicentre de la pandémie depuis qu’elle a éclaté au Canada en mars dernier.

Le Canada recense en moyenne 2.280 nouveaux cas de coronavirus et 20 décès par jour, des chiffres en nette augmentation depuis septembre avec l’arrivée de l’automne.

Avec AFP

Continue Reading

Politique

Suspension par le wali de Boumerdès du Président d’APC d’Aafir : le RCD “dénonce les pressions et harcèlements de l’administration”

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Sofiane Oumelal, P/APC d'Aafir dans la wilaya de Boumerdès

Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) a dénoncé, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, les pressions et harcèlements dont font l’objet le parti ainsi que ses militants de la part de l’administration.

Le parti dénonce la suspension à titre conservatoire du Président d’APC de la commune d’Aafir, Sofiane Oumelal de ses fonctions électorales par le wali de Boumerdes. Selon le bureau du RCD de Boumerdès «le maire d’Aafir Sofiane Ouemellel a reçu un courrier émanant de wali, dans lequel il l’informe de sa suspension de ses fonctions d’élu de peuple, le raison évoquée par le wali est celle liée à une soi-disant condamnation en contumace de maire d’Aafir !».

Le même document précise que «cette suspension s’appuie sur une décision de justice rendue nuitamment en l’absence du concerné qui n’a pas été convoqué, ce qui constitue une violation de ses droits civiques par le tribunal de Boumerdes », qui dénonce au passage le harcèlement administratif et judiciaire dont fait l’objet, Sofiane Oumelal depuis son élection à la tête de la commune en novembre 2017.

Continue Reading

Politique

Projet de loi de finances 2021 : des prévisions optimistes, des données pessimistes

Melissa NAIT ALI

Published

on


Le projet de loi de finances (PLF 2021) est présenté, aujourd’hui, devant la commission des finances de l’APN. Le document exposé par la ministre chargée des relations avec le Parlement, Besma Azouar, en l’absence du ministre, Aymen Benabderrahmane, énumèrent une série de prévisions optimistes. Mais il fournit aussi des données pessimistes.


Ainsi, concernant les réserves de change, le PLF 2021 fait part d’une érosion en contenu des réserves de changes qui devraient baisser encore pour se situer, à la fin de l’année prochaine, à 46,84 milliards de dollars, au lieu de 52 milliards de dollars actuellement.

Cette baisse est toutefois optimiste, puisqu’elle ne porte que sur une dépense de près de 6 milliards de dollars. Et cela, selon le texte, grâce au recul du déficit de la balance des paiements à 6.3 milliards de dollars (contre 16.93 en 2019 et 12.3 en 2020).

Par ailleurs, les responsables du ministère des finances prévoient une hausse du niveau des réserves de change dès 2022, avec 47.53 mds et 50.02 mds en 2023, « grâce à une meilleure maîtrise des importations qui seront progressivement remplacées par la production nationale ».« Dans les trois exercices à venir, les importations et les exportations devrait suivre des courbes opposées, ce qui permettra d’améliorer les indicateurs financiers, selon le gouvernement », précise le document.

En effet, le projet table sur une baisse de 14.4 % de la valeur des importations dès 2021, pour se situer 28.21 milliards de dollars. La baisse devrait se poursuivre en 2022 (27.39 mds) et en 2023 (27.01 mds). Les exportations d’hydrocarbures, principale source de devises, devraient se situer à 23.21 mds usd en 2021, puis monter à 28.68 mds en 2022 avant de baisser à 26.45 mds en 2023, sur la base de la prévision d’un prix stable autour de 40 dollars le baril de pétrole algérien (Sahara blend).

Dépréciation du dinar

Contrairement aux dernières prévisions du FMI, le PLF 2021 prévoit aussi une reprise de la croissance dès le prochain exercice (+3.98%, +2.4% hors hydrocarbures), après une récession due à la crise sanitaire en 2020 (prévision de -4.6%). Pour la période 2021-2023, la moyenne de croissance prévue est de 4.0%.

En revanche, l’inflation devrait s’accélérer avec des taux de 4.5%, 4.05% et 4.72% en 2021, 2022 et 2023 respectivement. Le projet prévoit également la poursuite de la dépréciation de la monnaie nationale, le dinar, à un rythme de 5% par an. De ce fait, le dollar américain devrait valoir 156.78 dinars algériens en 2023 (149.31 en 2022 et 142.20 en 2021).

L’autre mesure phare de ce texte est celle concernant la maîtrise des dépenses. Pour ce faire, le PLF propose la fermeture de 38 fonds spéciaux. Ces fonds, explique-t-on, ont été créés pour « le financement d’opérations spécifiques et limitées dans le temps », mais sont devenus avec le temps un mécanisme permanent de financement, induisant une difficulté à maîtriser les dépenses publiques.

« La multiplication des comptes d’affectation spéciale a entraîné une mobilisation inefficace des ressources budgétaires », explique la ministre.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR