Connect with us

Politique

54e mardi du Hirak estudiantin: « Les étudiants doivent aussi faire de la politique »

Melissa NAIT ALI

Published

on

© Meriem Nait Lounis | 54e mardi de mobilisation à Alger

Les étudiants toujours fidèles au Hirak. Ni la psychose suscitée par le coronavirus et les polémiques autours de la représentation du mouvement, la communauté universitaire se concentre sur l’essentiel : rester unis jusqu’à la victoire finale.

C’est ce qu’ils ont prouvé, aujourd’hui, à l’occasion du 54e mardi du Hirak estudiantin. A Alger et dans plusieurs villes du pays, ils étaient des centaines de milliers de personnes, étudiants et citoyens de divers horizons, à battre le pavé pour exprimer leur attachement aux revendications du peuple algérien qui réclame tout simplement la rupture avec le système en place.

Dans la capitale, les manifestants se sont rassemblés, comme d’habitude, au niveau de la place des martyrs avant de s’ébranler en direction de la Grande Poste, en empruntant le même itinéraire.

La foule, brandissant des pancartes, des banderoles et des drapeaux, reprend aussi les mêmes slogans hostiles au pouvoir en place, au président Abdelmadjid Tebboune, aux généraux. « Les généraux à la poubelle et l’Algérie recouvrera son indépendance », « nous n’arrêterons pas » et « pour un Etat civil et non pas militaire », scandent les manifestants qui sillonnant les rues de la capitale.

Toujours présents, l’infatigable Benyoucef Mellouk qui a fait éclater le scandale des magistrats faussaires, était, comme à son habitude, à la tête de la marche en brandissant sa pancarte sur laquelle sont collés des coupures de journaux rappelant cet épisode daté du début des années 1990.

« Je ne les lâcherai pas, le peuple ne reculera pas et cette génération reprendra le flambeau. Les juges jouent une pièce de théâtre avec le régime », soutient-il. Les manifestants ont tenu à donner une réponse au ministre de l’enseignement supérieur, Chams Eddine Chitour qui a affirmé, avant-hier au sénat, que « les étudiants doivent être tenu à l’écart de la politique ».
« Non monsieur le ministre. Les étudiants ont un rôle politique à jouer, surtout en cette période cruciale de l’histoire de l’Algérie. Nous ferons comme nos ancêtres les étudiants du 19 mai 1956 qui se sont mobilisés pour la cause nationale. Les étudiants de 1980, de 1988 et des années 1990 ont joué aussi leur rôle », lance un des meneurs du Hirak estudiantin.

Les manifestants ont également repris aussi de nombreux slogans exigeant également le départ de la bande. « Djina bach Terahlou y a el 3issaba (nous sommes là pour vous faire dégager espèce de bande) », lance les marcheurs, tout au long de la manifestation.

Les étudiants n’ont pas oublié les détenus politiques et d’opinion et réclame leur libération. Ils ont brandi notamment le portrait de Karim Tabbou, dont le procès sera ouvert demain au tribunal de Sidi M’hamed. Le nom du président de l’Association RAJ, Abdelwahab Fersaoui, a été aussi scandé.

Politique

APN : La séance plénière du vote du PLFC 2020 reportée à 14h30

Avatar

Published

on

By

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine a annoncé dimanche le report de la séance plénière consacrée au vote du projet de Loi de finances complémentaire pour l’année 2020 (PLFC 2020), prévue initialement dimanche matin, à l’après-midi à 14h30, le quorum n’étant pas atteint.

A l’ouverture de la séance, en présence du ministre des Finances, Abderrahmane Raouya et de la ministre des relations avec le parlement, Basma Azouar, M.Chenine a déclaré: “Au vu de la situation que connaît le pays notamment avec la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) et ce qu’elle induit comme difficultés en matière de déplacement, le quorum n’est pas atteint”.

Partant, et “en application de l’article 58 du règlement intérieur de l’APN, nous reportons la séance du vote à 14h30”, a poursuivi M. Chenine.

Continue Reading

Politique

Le RCD sur la LFC 2020 : “le gouvernement acte le transfert des effets de la crise sur les populations”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

©DR | Siège de l'RCD à Alger centre

Alors qu’une séance plénière du vote du PLFC 2020 est programmée ce dimanche à l’APN, le parti du RCD a de nouveau critiqué les propositions apportées dans ce projet de loi. Pour le parti, avec la LFC 2020 le gouvernement “acte le transfert des effets de la crise sur les populations”.

“C’est le moins que l’on puisse dire d’un projet qui pénalise doublement les citoyens pour permettre au gouvernement de boucler l’exercice budgétaire avec moins de déficit financier”, a écrit le parti dans un communiqué rendu public ce dimanche 30 mai.

“En effet la grande trouvaille de se délester de 50 pour cent des dépenses de fonctionnement (hors salaires) aura pour première conséquence un manque de ressources pour encadrer les difficultés sociales et de services générées (et/ou) aggravées par la crise sanitofinanciere du covid 19. C’est la principale mesure de baisse des dépenses”, poursuit le parti.

Et d’ajouter : “les autres mesures qui consistent à augmenter les recettes se résument à la hausse de la TPP ( carburants) . Une disposition qui aura pour effet de générer des augmentations en cascades des produits agricoles, de services et manufacturiers”.

De ce fait, le “maigre glissement du SNMG est largement récupéré”, estime le parti.

Le RCD ne s’arrête pas là. Pour lui, l’instauration d’un impôt sur la fortune, qui vise également à “renflouer les caisses”, “ne trompe personne quant à son caractère populiste du moment qu’aucun fichier sérieux n’existe pour taxer les riches”.

Concernant la taxation sur les véhicules neufs, le parti estime qu’en plus “de son inéquité”, celle-ci aura “peu d’effet avant que le nouveau dispositif d’importation voit le jour”.

“L’autre grande escroquerie de cette LFC”, souligne le RCD, “est qu’au lieu et place de la mise en place d’un plan pour sauver les entreprises et les commerces touchés de plein fouet, le gouvernement se contente de ressasser de simples mesures prises dans l’urgence pour différer le paiement des impôts”.

En outre, le RCD critique les “rédacteurs de cette loi” qui “présentent l’aménagement du 49/51 comme “la révolution” qui va pomper enfin les investissements vers l’Algérie qui se réveille chaque jour avec de nouvelles mesures liberticides”.

“En somme , on est passé d’un court terme reconduit 20 ans durant à un très court terme enclenché par le nouveau pouvoir de fait. Une situation qui ne peut durer longtemps”, conclut le communiqué du RCD.

Il est à noter que la séance plénière consacrée au vote du projet de Loi de finances complémentaire pour l’année 2020 (PLFC 2020), prévue initialement dimanche matin, a été reportée à l’après-midi à 14h30, le quorum n’étant pas atteint.





 

Continue Reading

Politique

Abdelmadjid Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le président de la République Abdelmadjid Tebboune

Abdelmadjid Tebboune présidera ce dimanche une réunion du Conseil des ministres par visioconférence, a indiqué samedi la présidence de la République dans un communiqué.

“Le Conseil des ministres tiendra, dimanche, sa réunion périodique par visioconférence sous la présidence de M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale”, indique le communiqué.

A l’ordre du jour de cette réunion figurent plusieurs exposés ministériels relatifs à la Mémoire nationale, au Plan de la relance de l’industrie nationale, la promotion des investissements agricoles dans le Sud et la numérisation de l’administration”, précise le communiqué.

“L’évolution de la situation sanitaire nationale dans les volets lutte contre la propagation du Coronavirus et industrie pharmaceutique ainsi que les perspectives de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) et le système environnemental des start-up” seront également abordés lors de cette réunion précise le même document.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR