Connect with us

Campus

52e mardi : La police tente de réprimer la dernière marche avant l’anniversaire du hirak

Avatar

Published

on

Pour le 52ème mardi de mobilisation consécutif, des étudiants rejoints par des des citoyens de tout âge, et dont la détermination est loin d’être entamée, ont battu le pavé dans la Capitale et dans plusieurs autres villes du pays. Pour les protestataires, il n’y a pas l’ombre d’un doute : le Hirak se poursuivra jusqu’au “changement total du système”.

Ce mardi 18 février, une procession de milliers d’étudiants protestataires s’est ébranlée de la Place des Martyrs pour sillonner plusieurs rues de la Capitale. Le mot d’ordre est toujours le même  : maintenir la pression jusqu’au bout, notre Hirak continue”.

Ils étaient ce mardi plus nombreux à avoir marché, drapeaux et pancartes en main, pour revendiquer comme ils l’ont toujours fait depuis le 22 février 2019, la fin d’un pouvoir despotique et le départ des prédateurs qui n’ont apporté au pays que misère et désolation.

“Qolna issaba trouh, ya hna ya ntouma” (On a dit la bande doit partir, ou bien c’est nous ou bien c’est vous), “Tebboune mzaouar, jabouh el aâsker !» (Tebboune l’illégitime, emmené par l’armée), scandaient les hirakistes qui tenaient à reprendre en chœur un autre slogan: “le peuple veut la chute du système”. Sur une banderole fièrement déployée par des étudiantes, le message est bien clair. “Au départ, vous (tenants du pouvoir) nous aviez ignorés, ensuite, méprisés, puis vous nous aviez combattus, mais nous allons vaincre pour la patrie”.

“Nous sommes ici pour le 52e mardi de mobilisation consécutif pour réclamer, une nouvelle fois, le départ du régime en place ainsi que tous ses symboles. Nous en avons marre de ce régime. Rien ne semble changer. Les anciennes pratiques du pouvoir sont toujours là. La répression bat son plein et celui qui veut exprimer son indignation ou son mécontentement finira en prison. De quelle démocratie parle-t-on alors? le peuple doit impérativement poursuivre le Hirak car le pouvoir et déterminé aller jusqu’au bout de on plan”, assène un étudiant.

La communauté estudiantine n’a pas, comme il fallait s’y attendre, oublié les détenus qui croupissent toujours en prison pour leur opinion. Ceux-ci ont eu droit et à leurs pancartes et à leurs slogans. “Libérez les détenus”, scandaient, de temps à autre, les hirakistes. Les portraits de Karim Tabbou, Fodil Boumala et bien d’autres ont été également brandis. 

Mais la marche ne s’est pas déroulée dans le calme. La stratégie répressive a repris de plus belle et l’interdiction de l’emblème amazigh lors des marche semble être de nouveau ordonnée. En effet, un manifestant a été interpellé ce mardi par les services de sécurité alors qu’il brandissait l’étendard amazigh. Mais les policiers ne se sont pas contenté des arrestations, Ils ont, sans motif aucun, violenté des journalistes qu’ils couvraient la marche, parmi eux notre collègue Bouzid Ichalalene. “Des policiers se sont approchés de moi pour carrément m’agresser sans aucun motif. Ils m’ont cassé mes lunette de vue”, témoigne-t-il.

Campus

Enseignement supérieur: le calendrier des vacances pour l’année 2020-2021 dévoilé

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les dates des vacances universitaires pour l’année 2020-2021 ont été dévoilées mercredi par le ministère de l’Enseignement supérieur via un communiqué diffusé sur Facebook.

Selon ledit document, les vacances universitaires d’hiver débuteront le jeudi 24 décembre 2020 et se poursuivront jusqu’au samedi 2 janvier 2021. Les vacances de printemps s’étaleront du jeudi 11 mars 2021 au samedi 20 mars 2021 tandis que les vacances d’été débuteront le jeudi 15 juillet 2021 et prendront fin le 4 septembre 2021.

Toutefois, le ministère précise que les établissements d’enseignement supérieur ayant accusé un retard dans l’accomplissement des charges pédagogiques et scientifiques peuvent prolonger l’année universitaire 2020-2021 au plus tard jusqu’au 31 juillet 2021.

Par ailleurs, le ministère souligne que les dispositions du présent arrêté ne sont pas applicables aux personnels administratifs, techniques et de services.

Continue Reading

Campus

Malgré le transport “inexistant”, les étudiants appelés à rejoindre leurs campus

Meriem Nait Lounis

Published

on

Après l’annonce de l’ouverture des campus universitaires la semaine dernière, des centaines, voire des milliers d’étudiants se retrouvent bloqués dans leurs wilayas respectives à cause de « l’inexistence » de transport inter-wilayas.

C’est le cas de Massinissa, jeune habitant de Tizi Ouzou, étudiant à l’université de Bab Ezzouar. celui-ci nous admet qu’il n’a pas trouvé de moyens de transport pour se rendre à son université. Si ce n’est pas pour son ami qui l’a déposé, il n’aurait pas pu rejoindre son campus.

Si Massinissa a eu « un peu de chance », comme il le dit, ce n’est pas le cas de ses camarades des quatre coins du pays «  j’ai des camarades de Bejaïa et de Tamanrasset par exemple comment ils vont faire ? », s’est-il demandé.  

D’autres étudiants sont laissés à leur sort, « on a deux semaines de révisions et on commence les examens juste après » raconte Massi « ils vont rater les révisions et ils risquent même de rater leurs examens », regrette-il.  

L’étudiant ajoute que « les cités universitaires n’ont ouvert que ce dimanche, il y a des étudiants qui sont venus avant le week-end et n’ont pas trouvé où aller. Ils ont même été empêchés de laisser leurs affaires à la cité ».

La question de transport ne concerne pas uniquement les étudiants qui habitent loin de leurs universités mais même ceux qui habitent dans la même wilaya que leurs campus. Meriem Hassanine étudiante à l’université d’Alger 3 nous affirme qu’elle n’a pas trouvé de transport universitaire « j’ai dû attendre longtemps, en vain je pense que le service des cous (transport universitaire) est minimal, on en trouve pratiquement pas ».

Pourtant, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdelbaki Benziane a affirmé, dans son dernier entretien à la radio nationale, le 14 septembre, que le transport sera disponible « pour tous les étudiants concernées » par cette reprise universitaire exceptionnelle. 

De son coté, la direction de l’Université Mouloud Mammeri de de Tizi-Ouzou (l’UMMTO) a annoncé qu’une flotte du transport universitaire sera consacrée au transport des étudiants de son établissement résidants dans d’autres wilayas à partir de lundi.

Via un communiqué diffusé par l’agence de presse APS, l’Université précise que les wilayas concernées par cette mesure, “qui vise à permettre à ces étudiants poursuivant leurs études au niveau de l’UMMTO et ayant des examens de rejoindre l’Université”, sont Boumerdes, Bouira, Béjaia, Bourdj Bou Arraridj et Alger.

Les départs, est-il précisé de même source, se feront à partir des campus universitaires de chaque wilaya, à savoir, l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, Abderrahmane Mira de Béjaia, M’hamed Bougara de Boumerdes, Mohamed El Bachir El Ibrahimi de Bordj Bou Arérridj et Houari Boumediène d’Alger.

Entre temps, les étudiants des autres universités restent dans l’attente d’une initiative similaire à celle prise par l’UMMTO.

Continue Reading

Campus

Ministre de l’Enseignement Supérieur: Le 23 août est la date de la reprise des cours à distance

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Abdelbaki Benziane, a clarifié, vendredi, que le 23 août marquera la reprise des cours à distance tandis que le retour aux universités sera annoncé par les institutions en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique dans chaque wilaya.

“Nous attirons votre aimable attention, chers étudiants, sur le fait que le 23 août 2020 est la date de la reprise des cours à distance”, a-t-il clarifié via une publication diffusé sur Facebook.

“Quant à la date de la reprise des cours dans les instituions universitaires, elle sera annoncée ultérieurement par chaque institution en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique dans chaque wilaya”, -a-t-il rappelé.

Le 25 juillet, le ministre a déclaré que “la rentrée universitaire a été fixée au 23 août prochain, tandis que les cours devraient reprendre progressivement au gré de l’évolution de l’épidémie du coronavirus“.

“Un protocole pour la reprise progressive des cours universitaires a été mis en place en coordination avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière”, avait-il assuré.

Continue Reading
Advertisement

Tendances