Connect with us

Campus

52e mardi : La police tente de réprimer la dernière marche avant l’anniversaire du hirak

Avatar

Published

on

Pour le 52ème mardi de mobilisation consécutif, des étudiants rejoints par des des citoyens de tout âge, et dont la détermination est loin d’être entamée, ont battu le pavé dans la Capitale et dans plusieurs autres villes du pays. Pour les protestataires, il n’y a pas l’ombre d’un doute : le Hirak se poursuivra jusqu’au “changement total du système”.

Ce mardi 18 février, une procession de milliers d’étudiants protestataires s’est ébranlée de la Place des Martyrs pour sillonner plusieurs rues de la Capitale. Le mot d’ordre est toujours le même  : maintenir la pression jusqu’au bout, notre Hirak continue”.

Ils étaient ce mardi plus nombreux à avoir marché, drapeaux et pancartes en main, pour revendiquer comme ils l’ont toujours fait depuis le 22 février 2019, la fin d’un pouvoir despotique et le départ des prédateurs qui n’ont apporté au pays que misère et désolation.

“Qolna issaba trouh, ya hna ya ntouma” (On a dit la bande doit partir, ou bien c’est nous ou bien c’est vous), “Tebboune mzaouar, jabouh el aâsker !» (Tebboune l’illégitime, emmené par l’armée), scandaient les hirakistes qui tenaient à reprendre en chœur un autre slogan: “le peuple veut la chute du système”. Sur une banderole fièrement déployée par des étudiantes, le message est bien clair. “Au départ, vous (tenants du pouvoir) nous aviez ignorés, ensuite, méprisés, puis vous nous aviez combattus, mais nous allons vaincre pour la patrie”.

“Nous sommes ici pour le 52e mardi de mobilisation consécutif pour réclamer, une nouvelle fois, le départ du régime en place ainsi que tous ses symboles. Nous en avons marre de ce régime. Rien ne semble changer. Les anciennes pratiques du pouvoir sont toujours là. La répression bat son plein et celui qui veut exprimer son indignation ou son mécontentement finira en prison. De quelle démocratie parle-t-on alors? le peuple doit impérativement poursuivre le Hirak car le pouvoir et déterminé aller jusqu’au bout de on plan”, assène un étudiant.

La communauté estudiantine n’a pas, comme il fallait s’y attendre, oublié les détenus qui croupissent toujours en prison pour leur opinion. Ceux-ci ont eu droit et à leurs pancartes et à leurs slogans. “Libérez les détenus”, scandaient, de temps à autre, les hirakistes. Les portraits de Karim Tabbou, Fodil Boumala et bien d’autres ont été également brandis. 

Mais la marche ne s’est pas déroulée dans le calme. La stratégie répressive a repris de plus belle et l’interdiction de l’emblème amazigh lors des marche semble être de nouveau ordonnée. En effet, un manifestant a été interpellé ce mardi par les services de sécurité alors qu’il brandissait l’étendard amazigh. Mais les policiers ne se sont pas contenté des arrestations, Ils ont, sans motif aucun, violenté des journalistes qu’ils couvraient la marche, parmi eux notre collègue Bouzid Ichalalene. “Des policiers se sont approchés de moi pour carrément m’agresser sans aucun motif. Ils m’ont cassé mes lunette de vue”, témoigne-t-il.

Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR