Connect with us

Politique

4e sit-in de solidarité avec Khaled Drareni : “Libérez les détenus, libérez la Justice”

Meriem Nait Lounis

Published

on

Quelques heures avant le verdict de son procès en appel, les sympathisants de Khaled Drareni ont organisé le 4e sit-in consécutif au cœur de la capitale pour exprimer leur soutien avec le journaliste.

En cette journée de septembre ensoleillée, il est presque midi à Alger, sous un ciel dégagé, les premiers manifestants pointent à la maison de la presse Taher Djaout devenue, depuis quatre semaines, le lieu coutumier des rassemblements de soutien aux journalistes prisonniers.

Militants politiques, avocats, des figures du hirak, étudiants et un nombre important de journalistes sont venus marquer leur solidarité avec le fondateur du site d’informaition Casbah Tribune mais pas uniquement, les journalistes Abdelkarim Zghileche et Said Boudour ont été cités à plusieurs reprises par les protestataires.

« Libérez la presse, libérez la Justice », «  Khaled Drareni est un journaliste libre » «  Algérie libre et démocratique » « libérez les détenus » «  libérez l’Algérie », sont les principaux slogans de cette mobilisation.

 Les protestataires ont également défié le ministre de la communication, porte-parole officiel du gouvernement,  Amar Belhimer en scandant « Belhimer abandonnez, la presse est plus grande que vous».

« Free Khaled Drareni, Abdelkarim Zeghileche et tous les détenus d’opinion » peut-on lire sur une des pancartes brandies. A côté des pancartes, des dizaines de portraits de Khaled été hautement portées.

« Si la loi est appliquée, Khaled Drareni, Slimane Hamitouche et Samir Belarbi seront innocentés », espère maitre Zoubida Assoule. « Si la justice n’est toujours pas indépendante et qu’elle persiste dans l’erreur du juge de première instance il nous reste que la cassation et surtout la mobilisation citoyenne », explique-t-elle.

De son côté, le militant Djalel Mokrani estime que «Khaled Drareni n’a pas fait de crime, il n’a pas à être derrière les barreaux, Khaled n’a fait qu’exercer sa fonction noble de journaliste ».

En détention provisoire depuis le 29 mars dernier. Khaled Drareni a été condamné à 3 ans de prison ferme et une amende de 50.000 DA par le tribunal de Sidi M’hamed le 10 août dernier tandis que ses co-inculpés ont écopé de deux ans de prison dont quatre mois ferme . Les trois sont accusés d’«  incitation à attroupement non armé » et «  atteinte à l’unité nationale ».

Continue Reading
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR