L’ONM salue le mouvement de protestation « pacifique » et conteste le 5e mandat

Les Algériens viennent d’administrer une véritable leçon politique aux tenants du pouvoir. Une réponse historique qui signe définitivement l’échec d’un régime qui a tout tenté, cette fois-ci, pour faire avorter les appels à manifester contre le 5ème mandat du chef de l’Etat : invocation « de la main étrangère », des « ennemis de l’intérieur », « les risques de retour à la décennie noire ».

Crédit photo : Sami K El Watan | Manifestation du 22 février 2019 à Alger contre le 5e mandat de Abdelaziz Bouteflika

L’organisation des Moudjahidines (ONM) a brisé le motus et bouche cousue sur le mouvement de protestation qu’a connu le pays depuis plusieurs jours contre le 5e mandat de Bouteflika. Dans un communiqué rendu publique, mardi, 05 mars, l’ONM a salué «le caractère pacifique et discipliné des manifestations qui a suscité l’admiration du monde entier».

 

«La scène nationale connait actuellement une contestation populaire sans précédent qui a mobilisé toutes les franges de la société. Le mouvement populaire est centré une revendication fondamentale à savoir tourner la page d’une réalité douloureuse engendrée par des institutions qui n’étaient pas à la hauteur des aspirations légitimes de notre peuple», note l’ONM

Pour l’ONM, «Les changements profonds qu’a connus la société algérienne durant la décennie noire ont semé le désespoir, et l’affliction notamment parmi les jeunes, privée de leurs droits et opportunités d’emploi qui lui auraient certainement ouvert la voie à la construction d’un avenir familial et social », poursuit le communiqué en dénonçant l’alliance entre des parties influentes au sein du pouvoir et des hommes d’affaires véreux et malhonnêtes qui ont bénéficié de manière illégale de l’argent public ».

L’ONM estime que « la crise qu’a connue le projet national a poussé la société civile, dans ses différentes composantes, à sortir dans la rue afin de revendiquer la concrétisation de slogans qui traduisent la volonté du peuple algérien par le recours aux textes juridiques et aux dispositions de la Constitution ».

 

Adsence Milieu article