Connect with us

Politique

48e vendredi : Face à un pouvoir inflexible, le Hirak déterminé à maintenir le cap de la mobilisation

Avatar

Published

on

Le mouvement populaire qui bouclera dans quelques jours son onzième mois, semble désormais s’inscrire dans la durée. L’élection d’un nouveau président de la République en dépit d’un rejet massif de cette présidentielle et l’échec-si l’on peut le qualifier ainsi- de la transition démocratique que des centaines de milliers de manifestants et hommes politiques n’ont eu de cesse de clamer depuis le début du Hirak, n’ont pas dissuadé les Algériens -du moins ceux qui continuent à croire en le maintien de la mobilisation pour imposer le véritable changement- à sortir en masse chaque mardi et vendredi pour réitérer leurs revendications à savoir le départ du régime politique en place.

Ce 48e vendredi coïncide avec le 65e anniversaire de la mort du martyr et chef de la wilaya deux (2) historique, Didouche Mourad, tombé au champ d’honneur le 18 janvier 1955. Les manifestants rendront hommage au valeureux martyr comme ils l’ont déjà fait avec d’autres héros de la révolution. L’esprit Didouche sera donc fortement présent dans la rue qui porte merveilleusement son nom.

20H15

Kamel Nemiche a été placé en garde à vue au commissariat Cavaignac. Il sera présenté, dimanche 19 janvier, devant le procureur du tribunal de Sidi M’hamed (Alger).

18H40

Alger les manifestants Zaki Hanache, Hakim Addad, Walid Moussaoui et Samir Larabi ont été relâchés.Il reste le docteur Djamel Oulmane et d’autres arrêtés le matin (source CNLD).

18H10

Alger les manifestant s’en sont pris à la police, qui n’ont pas hésité à réprimer les manifestants pacifiques avant même le début de la marche. Les manifestants ont scandé “policia bravo 3alikoum, wa el Issaba taftakher bikoum”, ( Bravo la police, la bande est fière de vous)

17H35

Alger, arrestation de Walid Aouissi, Hakim Addad et Mokrane Laouchdi à 17H10, source CNLD.

17H20

Tlemcen, les manifestants ont fait une pause devant la prison où croupissent les détenus d’opinion, pour leur apporter soutien en scandant “Allah Akbar Nour El Houda”, en référence à Nour EL Houda Ogadi, incarcérée depuis plusieurs jours.

17H15

Mostaganem, fin de la marche. Les citoyens se sont dispersé dans le calme après une après-midi de protestation. Ils se sont donné rendez vous pour le vendredi prochain.

16H45

Tizi-Ouzou les manifestants ont rendu hommage au martyr de la révolution Didouche Mourad. Un citoyen a brandi le portrait de ce dernier, à l’occasion du 65e anniversaire de sa mort en 1955. Pour rappel, ce dernier est originaire de Tizi Ouzou.

© DR | Tizi ouzou a rendu hommage à Didouche Mourad

16H30

A Alger les manifestants ont déployé une banderole appelant à la libération des détenus politiques sur laquelle figurent les photos de Karim Tabbou, Samir Belarbi, Fodil Boumala, Nour El Houda Ogadi et d’autres détenus d’opinion.

© DR | des manifestants ont déployé une banderole réclamant la la libération des détenus d’opinion

16H15

Sétif. Les manifestants sont au rendez-vous pour ce 48e vendredi de mobilisation contre le pouvoir en place. “Nous avons dit que la Issaba doit partir, c’est soit vous, soit nous”, scandent-ils. Abdelmadjid Tebboune a, lui aussi, subi une violente algarade de la part des marcheurs.

16H05

Grande mobilisation à Tizi Ouzou. Les rues de la ville sont noires de monde.

16H00

Boumerdès. Les Algériens “khawa khawa, wel baltagia m3a el khawana”, scandent les manifestants présents en force pour ce 48e vendredi.

15H55

M’sila. Les manifestants sortis en masse pour ce 48e vendredi rejettent l’initiative du dialogue lancée par Abdelamdjid Tebboune et exigent la libération de tous les détenus d’opinion.

15H40

Alger. Le nombre de manifestants est plus important que lors de la marche du vendredi passé.

© DR l

15H30

Imposante marche à Oran. Les milliers de manifestants revendiquent un Etat civil et non militaire.

15H25

Mostaganem la mobilisation a été encore une fois au rendez-vous, les citoyens de cette ville sont décidés à l’instar des autres wilayas de maintenir la pression jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

15H15

Les habitants de Médéa toujours au rendez-vous pour une nouvelle journée de manifestation contre le pouvoir en place.

© DR l

15H00

Mostaganem: Un manifestant exprime à sa manière le rejet du Président élu sans la volonté populaire.

14H45

Tlemcen. Les manifestants sont au rendez-vous pour ce 48e vendredi contre le pouvoir en place. Les marcheurs critiquent sévèrement la presse et promettent la poursuite du Hirak pour en finir avec la “Issaba”.

14H40

Imposante marche à Constantine. Les manifestants envahissent les rues de la ville exigeant le départ du pouvoir en place et la libération de tous les détenus du Hirak.

14H32

Alger : La rue Asselah Hocine est noire de monde en ce 48e vendredi de Hirak

© El Khabar

14H30

Alger : “Ya didouche artah, sa nouwassilou el kifah” (Didouche repose en paix, on poursuivra notre révolution), scandent les milliers de manifestants à la rue Didouche Mourad.

14H20

Les manifestants tirent à boulets rouges sur les forces de l’ordre : “Haggarin talaba, chiyatine el 3issaba”

14H13

Tizi Ouzou : Des milliers de manifestants marchent dans une ambiance sereine et clame exigeant l’instauration d’un Etat démocratique et appellent au respect des libertés.

14H10

Batna : les manifestants dans la rue pour exiger le départ du pouvoir en place.

14H00

Début de la manifestation à Annaba. “Le Président est illégitime, nous poursuivons la marche”, “Etat civil et non militaire”, crient à tue-tête les marcheurs.

13H50

Les manifestants promettent de poursuivre le Hirak scandant à gorges déployées “Ya hna ya ntouma, maranach Habssin” (C’est nous ou c’est vous, on ne s’arrêtera pas)

13H48

Bouira : Des milliers de manifestants ont investi la rue pour exiger une nouvelle fois le départ du régime politique en place.

13H45

Début de la manifestation à Alger. Des milliers de personnes sont sortis dans les rues de la Capitale scandant “Allaho Akbar, Didouche Mourad” .

13H40

Le journaliste Zoheir Aberkane a été interpellé par la police à Alger alors qu’il couvrait le début de la marche de ce 48e vendredi.

13H35

Début de la manifestation à Béjaia. Des milliers de manifestants sont dans la rue pour réclamer un véritable changement politique dans le pays.

13H00

Alger : Plusieurs interpellations ont eu lieu à côté de la Mosquée Errahma. La chasse à l’homme se poursuit.

11H50

Climat tendu à Alger-centre ce matin. Plusieurs dizaines de manifestants arrêtés. La police court derrière les manifestants qui se cachent dans les petites ruelles. Rcd 03 fourgons cellulaires stationnés. Mosquée Errahma encerclée. (Source Bouzid Ichalalene).

11H47

Les manifestants chassés par la police scandent en choeur “ya lil 3ar policier wella haggar” (quelle honte, le policier est devenu un oppresseur).

11H45

Début de la marche à Alger. Une centaine de manifestants tentent de rejoindre la rue Didouche Mourad en vain. Les policiers déployés sur les lieux ont repoussé ces derniers.

11H30

Les premiers manifestants arrivent à la rue Khelifa Boukhalfa.

Politique

Corruption : Report du jugement d’Abdelghani Hamel et Noureddine Berrachdi au 3 mai

Avatar

Published

on

By

© DR | L'ancien DGSN Abdelghani Hamel

Le tribunal de Blida a décidé, jeudi, le report au 3 mai prochain, pour la 3ème fois consécutive, du jugement dans l’affaire impliquant Abdelghani Hamel, ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), et Noureddine Berrachdi, ancien chef de Sûreté de la wilaya d’Alger, avec la proposition d’un procès à distance.

Le juge près le tribunal de Blida a annoncé le report du procès au 3 mai prochain, pour proposer un jugement à distance des deux accusés (en détention), avec leur accord, et ce en raison de la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).

A noter l’absence des accusés à cette audience, au même titre que des témoins, en application de l’instruction du ministère de la justice, dictée par la conjoncture difficile traversée par le pays. Seuls étaient présents, les juges de l‘audience et le collectif de défense des accusés, qui n’a émis aucune observation concernant cette décision de report et la proposition d’un procès à distancé.

Dans le cadre de la mise en œuvre des orientations du président de la République portant sur la prise de mesures préventives pour lutter contre la propagation du Covid-19, le ministre de la Justice et Garde des sceaux a décidé, à partir du 16 mars dernier, de suspendre les audiences du tribunal criminel, en première instance et en appel, ainsi que les audiences correctionnelles, à tous les niveaux à l’exception de celles déjà engagées.

Le public ne sera pas autorisé à assister aux procès qui se dérouleront désormais, à distance, dans la mesure du possible, au moment où il a été, aussi, décidé la suspension de la sortie des détenus des prisons à la demande du juge d’instruction, sauf en cas de nécessité absolue liée à la détention provisoire, ainsi que la rationalisation du recours à la citation directe par les procureurs de la République.

A noter que les deux accusés Abdelghani Hamel et Noureddine Berrachdi, sont poursuivis pour “abus de fonction pour l’obtention d’indus privilèges à caractère professionnel en vue de la préservation du poste de Directeur générale de la Sûreté nationale (DGSN) ou d’un poste supérieur en vertu de l’article 33 de la loi relative à la prévention et la lutte contre la corruption”.

Ce même procès avait été reporté lors de l’audience du 19 mars à la demande du collectif de défense des accusés, qui avait invoqué l’absence de tous les témoins, à leur tête l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh (détenu actuellement), en raison de son état de santé nécessitant une intervention chirurgicale, selon une attestation médicale présentée au tribunal, outre la “non réunion des conditions d’un procès public, à cause de la situation sanitaire traversée par le pays”.

Continue Reading

Politique

Tribunal de Sidi M’hamed : Le procureur fait appel du verdict de Fersaoui

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Président du RAJ Abdelouahab Fersaoui

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a fait appel du verdict prononcé dans l’affaire d’Abdelouahab Fersaoui, a annoncé ce jeudi le comité national pour la libération des détenus (CNLD)

Le président de l’association rassemblement action jeunesse été condamné lundi 06 avril, par le tribunal de Sidi M’hamed, à une année de prison ferme pour “atteinte à l’intégrité du territoire national” et ’“incitation à la violence”.

Le procureur de la République près le même tribunal avait requis deux ans de prison ferme assortis d’une amende de 100.000 DA.

Rappelons par ailleurs que le président du RAJ a été placé sous mandat de dépôt en octobre 2019. Sa détention a fait l’objet d’une première prolongation après expiration des délais légaux le 10 février dernier.

Continue Reading

Opinion

Crise Libyenne : La candidature de Lamamra au poste d’émissaire de l’ONU dérange Washington

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Ramtane Lamamra

Les Etats-unis se sont opposés à la nomination de Ramtane Lamamra au poste d’envoyé spéciale de l’ONU en Libye, a annoncé le site d’information américain, The Hill.

Il y a un mois l’ancien chef de la diplomatie algérienne semblait être le profil adéquat pour remplacer l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé qui a démissionné le 02 mars dernier.

Aujourd’hui, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Gueterres, est à la recherche de nouveaux profils pour assurer cette mission. Ce retournement de situation a eu lieu après l’opposition de la Maison-Blanche à la candidature de Ramtane Lamamra.

En effet, selon le site d’information américain The Hill., parmi les quinze membres du Conseil de sécurité de l’ONU, Les USA étaient les seuls à s’opposer à la candidature de Lamamra, pourtant recommandé par plusieurs spécialistes pour son expérience dans les conflits africains.  

D’après la même source l’opposition de la Maison-Blanche a été motivée par les doléances des Emirats arabes unis et de l’Egypte qui épaulent le maréchal Khalifa Haftar dans son opposition contre le gouvernement d’union nationale (GNA).

En fonction depuis juin 2017, l’émissaire de l’ONU en Libye, le Libanais Ghassan Salamé, a démissionné le 2 mars pour des « raisons de santé ». Le 11 mars le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a annoncé la désignation de l’Américaine Stephanie Turco Williams pour assurer l’intérim « jusqu’à la nomination d’un successeur à Ghassan Salamé ».



Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR