Accueil

3e Résidence algéro-europenne des photographes: « Bou Saada » à l’honneur à la Galerie Racim

Published

on

L’exposition de  »la 3e Résidence Algero-européenne des photographes », intitulée « Bou Saada, Regards croisés », organisée par la Délégation de l’Union européenne en Algérie, a été ouverte ce mercredi 2 mars, à la Galerie Mohamed Racim.

L’exposition honorée par la présence du chef de la Délégation de l’UE en Algérie, Thomas Eckert, se poursuivra du 3 au 23 mars prochain et regroupera 120 œuvres de 10 photographes algériens, venus de plusieurs wilayas du pays.

Cette ‘’Résidence’’ a donné l’opportunité à ces photographes de se réunir en octobre dernier dans la ville de Bou Saada. L’objectif de ce projet est de «favoriser et stimuler l’échange artistique entre les passionnés de l’art en général et de la photographie en particulier », affirme le chef de la délégation l’UE en Algérie.

Thomas Eckert n’a pas manqué d’évoquer l’absence de photographes européens, à cette troisième édition de la Résidence. Une absence due « aux restrictions sanitaires » contrairement aux éditions précédentes, à savoir celles de 2010 à Alger et de 2014 à Constantine, lesquelles avaient vu la participation d’artistes du vieux continent.

S’agissant du choix de Bou Saada, l’artiste Reslane Lounici, l’explique par « le rapport qu’entretiennent les algériens avec cette ville ». « On l’aime sans vraiment la connaître », nous a-t-il déclaré, affichant sa « surprise » en arrivant dans cette région de l’Algérie. « On a tendance à croire que dans une petite ville, il ne se passe pas grand-chose. Mais quand on se donne le temps d’y approcher, la magie opère et on le voit bien dans le livre et dans l’exposition », nous dit Reslane Lounici.

L’artiste explique qu’initialement «le challenge était de croiser des regards d’artistes du même pays, qui ont pratiquement les mêmes influences et le même background ». « Mais au final, la variété de sujets que nous a offert Bou Saada a constitué un terreau fertile pour en créer plusieurs », souligne-t-il.

Le directeur artistique affirme qu’avec ces artistes très différents, «on est partis à la découverte de l’humain, des gens et de leurs rapports avec leur ville». En plus de cette exposition, «la 3e Résidence Algéro-européenne des photographes» est couronnée par la production d’un Livre d’art regroupant les travaux des résidents. Ce Livre sera présent au SILA fin mars, avec une exposition de plusieurs œuvres.

Comments
Quitter la version mobile