Connect with us

Politique

36e vendredi : la réponse cinglante de « quelques individus » à Bensalah

Le mouvement populaire répond rapidement au chef de l’Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui a qualifié, jeudi dernier devant le président russe, Vladimir Poutine, le hirak de « quelques individus ».

Melissa NAIT ALI

Published

on

Il n’a pas attendu longtemps pour recevoir la cinglante réponse des manifestants qui ont participé massivement au 36e vendredi de la protestation. En effet, l’intervention du chef de l’Etat et son attitude qualifiée de « scandaleuse » à Sotchi en marge du sommet Russie-Afrique ne sont pas passée inaperçu.

« quelle honte ! »

Les milliers de manifestants qui ont pris par la marche d’aujourd’hui le dénoncent vigoureusement. « Ce ne sont pas quelques individus qui marchent, mais tout un peuple », scandent-ils. Des foules immenses venant des différents quartiers de la capitale et qui ont convergé par Alger-Centre, ont toutes tenu à brocarder Abdelkader Bensalah en préparant des slogans spéciaux pour lui. « Bensalah ya l3etrous (Bouc) chetka bina l russe (Bensalah s’est plaint de nous auprès des russes », « quelle honte ! »… condamnent les protestataires.

Ces derniers expriment également leur rejet « du plan du pouvoir en place » et son agenda électoral qui s’apparente plutôt à « casting des anciens du régime Bouteflika » Le 1er Novembre arrive Ce faisant, ils disent tout simplement « non » au scrutin du 12 décembre prochain. « Makench intikhabat ya el 3issabat (pas d’élection espèce de bandes) » et « Les jeunes rahou fi l’boti, kheli la police t-voti (les jeunes fuient le pays sur des barques de fortune et il laisse la police voter) », scandent les protestataires.

Guerre de libération nationale

Vers 15h00, les places de la grande poste et Maurice Audin sont déjà pleine à craquer. Mais les manifestants continuent déjà d’affluer vers le centre ville. « Cela rappelle les premiers vendredis du Hirak », affirme un manifestant. Comme d’habitude, les « hirakiens » ont chargé aussi violement le chef d’état-major de l’armée et les généraux. « Gaid Salah dégage ! », « les généraux à la poubelle et l’Algérie recouvrera son indépendance », « Daoula madania, match 3askaria (pour un Etat civil et non pas militaire) » et « y’en a marre des généraux ! », lancent-ils.

Les participants à cette nouvelle journée de mobilisation annoncent une grande marche à l’occasion de la journée du 1er novembre, date anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale. « Rahou djay Novembre (le 1er Novembre arrive) », affirment-ils. Des appels, rappelons-le, sont lancés depuis quelques jours sur les réseaux sociaux pour organiser une imposante marche populaire à Alger, avec la participation des citoyens de toutes les wilayas du pays.

Politique

L’Algérie condamne l’attaque terroriste au Niger

Achour Nait Tahar

Published

on

L’Algérie a condamné vigoureusement l’attaque terroriste qui a pris pour cible des civiles dans le sud du Niger, perpétré hier dimanche, exprimant son entière solidarité avec le gouvernement et le peuple de ce pays voisin, indique un communiqué du ministres des affaires étrangères rendu public ce lundi .

“L’Algérie condamne vigoureusement l’attaque terroriste qui a ciblé des civils dans la région de Koure au sud de la République de Niger, et exprime son entière solidarité avec le Gouvernement et le peuple nigériens et ses sincères condoléances aux familles des victimes de cet acte abject”, a précisé le communiqué.

“L’Algérie réitère sa ferme détermination à lutter contre le terrorisme et à soutenir les efforts internationaux et régionaux visant l’éradication de ce fléau”, a ajouté le MAE

Continue Reading

Politique

Il est condamné à 3 ans de prison ferme: TV5MONDE demande la libération de son correspondant Khaled Drareni

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le journaliste Khaled Drareni

Le média télévisé TV5MONDE a demandé la libération de son correspondant Khaled Drareni à la suite de sa condamnation,lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed, à trois ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende.

“TV5MONDE s’étonne et s’indigne de ce jugement très lourd. Il sanctionne un journaliste reconnu qui a toujours réalisé son métier en toute indépendance et au nom du droit à informer”, a réagi le média via un communiqué intitulé TV5MONDE demande la libération du journaliste Khaled Drareni”.

TV5MONDE dit être “engagée”, aux “côtés de nombreuses organisations non gouvernementales et d’associations internationales pour la liberté d’information et la protection des journalistes”, dans le comité de soutien qui demande la libération sans attendre de son correspondant.

“La liberté de la presse dont Khaled Drareni est l’un des portes étendards est l’un des fondements de la liberté d’expression et de la démocratie. Elle ne peut être muselée, où que ce soit. Khaled Drareni, correspondant de TV5MONDE et de Reporters Sans Frontières, doit être libéré sans attendre”, a conclu le communiqué.

L’organisation non gouvernementale, reporters sans frontières (RSF) a également réagi à la condamnation de son correspondant. “La justice algérienne vient de condamner le journaliste Khaled Drareni à une peine de trois ans de prison ferme. Cette décision soulève le cœur et l’esprit par son caractère arbitraire, absurde et violent”, a écrit le président de RSF, Christophe Deloire.

“Il s’agit clairement d’une persécution judiciaire contre un journaliste qui est l’honneur de son pays. Une justice aux ordres vient de faire de Khaled Drareni un symbole qui va susciter une indignation et une mobilisation mondiales”, a-t-il ajouté.

En détention à la prison de Koléa depuis mars dernier, Khaled Drareni a été condamné, lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed à trois ans de prison ferme et 50.000 DA pour “incitation à attroupement non armé” et “atteinte à l’unité nationale”. Ses co-accusés, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont écopé de deux ans de prison dont quatre mois ferme.




Continue Reading

Monde

Liban: le Premier ministre va annoncer la démission du gouvernement

Avatar

Published

on

© DR |

Le Premier ministre libanais Hassan Diab doit annoncer lundi soir la démission de son cabinet, après les démissions successives de membres de son équipe sous le coup de l’explosion meurtrière du port de Beyrouth, a indiqué à l’AFP un ministre qui a requis l’anonymat.

M. Diab, à la tête du gouvernement depuis près de sept mois, doit adresser un discours aux Libanais à 19h30 (16h30 GMT). Quatre membres de son équipe ont déjà démissionné depuis dimanche, à la suite de la terrible explosion du 4 août due à un énorme dépôt de nitrate d’ammonium, qui a fait au moins 160 morts et relancé la contestation populaire.

Continue Reading
Advertisement

Tendances