Connect with us

Politique

36e vendredi : la réponse cinglante de « quelques individus » à Bensalah

Le mouvement populaire répond rapidement au chef de l’Etat intérimaire, Abdelkader Bensalah, qui a qualifié, jeudi dernier devant le président russe, Vladimir Poutine, le hirak de « quelques individus ».

Melissa NAIT ALI

Published

on

Il n’a pas attendu longtemps pour recevoir la cinglante réponse des manifestants qui ont participé massivement au 36e vendredi de la protestation. En effet, l’intervention du chef de l’Etat et son attitude qualifiée de « scandaleuse » à Sotchi en marge du sommet Russie-Afrique ne sont pas passée inaperçu.

« quelle honte ! »

Les milliers de manifestants qui ont pris par la marche d’aujourd’hui le dénoncent vigoureusement. « Ce ne sont pas quelques individus qui marchent, mais tout un peuple », scandent-ils. Des foules immenses venant des différents quartiers de la capitale et qui ont convergé par Alger-Centre, ont toutes tenu à brocarder Abdelkader Bensalah en préparant des slogans spéciaux pour lui. « Bensalah ya l3etrous (Bouc) chetka bina l russe (Bensalah s’est plaint de nous auprès des russes », « quelle honte ! »… condamnent les protestataires.

Ces derniers expriment également leur rejet « du plan du pouvoir en place » et son agenda électoral qui s’apparente plutôt à « casting des anciens du régime Bouteflika » Le 1er Novembre arrive Ce faisant, ils disent tout simplement « non » au scrutin du 12 décembre prochain. « Makench intikhabat ya el 3issabat (pas d’élection espèce de bandes) » et « Les jeunes rahou fi l’boti, kheli la police t-voti (les jeunes fuient le pays sur des barques de fortune et il laisse la police voter) », scandent les protestataires.

Guerre de libération nationale

Vers 15h00, les places de la grande poste et Maurice Audin sont déjà pleine à craquer. Mais les manifestants continuent déjà d’affluer vers le centre ville. « Cela rappelle les premiers vendredis du Hirak », affirme un manifestant. Comme d’habitude, les « hirakiens » ont chargé aussi violement le chef d’état-major de l’armée et les généraux. « Gaid Salah dégage ! », « les généraux à la poubelle et l’Algérie recouvrera son indépendance », « Daoula madania, match 3askaria (pour un Etat civil et non pas militaire) » et « y’en a marre des généraux ! », lancent-ils.

Les participants à cette nouvelle journée de mobilisation annoncent une grande marche à l’occasion de la journée du 1er novembre, date anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale. « Rahou djay Novembre (le 1er Novembre arrive) », affirment-ils. Des appels, rappelons-le, sont lancés depuis quelques jours sur les réseaux sociaux pour organiser une imposante marche populaire à Alger, avec la participation des citoyens de toutes les wilayas du pays.

Politique

Report du procès de Baha Eddine Tliba au 2 septembre

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Coordination pour le 5ème mandat : Sale temps pour Tliba

Le tribunal de Sidi M’hamed a renvoyé, mercredi, le procès de l’ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre prochain, “en raison de l’absence de témoins”, rapporte l’agence de presse APS en citant une source judiciaire.

Arrêté le 16 octobre 2019, Baha Eddine Tliba a été placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach durant le même mois. Il est accusé, entre autres, de “blanchiment d’argent et financement occulte de partis politiques” et “achat de voix lors des élections législatives de 2017”.

Pour rappel, l’ancien député du FLN a été déchu de son immunité parlementaire en septembre 2019 à l’issue d’une séance de vote à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Continue Reading

Politique

Le PAD “consterné” quant au verdict prononcé contre Khaled Drareni

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Les forces du Pacte pour l’Alternative démocratique (PAD) ont exprimé, mardi, leur “consternation” quant à la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois ans de prison ferme, réclamant sa libération “immédiate” ainsi que celle des autres détenus politiques et d’opinion.

“Les forces du Pacte pour l’Alternative démocratique ont appris avec consternation le verdict prononcé par le Tribunal de Sidi M’hamed à l’encontre du journaliste Khaled Drareni pour attroupement contre l’Etat et atteinte à l’unité nationale alors qu’il ne faisait que couvrir les manifestations populaires de la révolution citoyenne au mois de mars dernier”, a indiqué le PAD dans un communiqué diffusé sur Facebook.

Pour le PAD, qui est un rassemblement de différents partis politiques, associations et membres de la société civile, la condamnation des coaccusés de Khaled Drareni, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche, à deux ans de prison dont quatre mois ferme “met gravement en cause le principe d’égalité devant la Loi”

“Le verdict infligé au journaliste Khaled Drareni est lourd de sens quand à l’absence de volonté du pouvoir de s’incliner devant la volonté de changement démocratique exprimé par des millions d’Algériennes et d’Algériens durant treize mois et dont le respect des libertes est un fondement essentiel de la democratie”, a regretté le PAD.

“Khaled Drareni et tous les détenus politiques et d’opinion, doivent être rendus immédiatement à leurs familles et à leur peuple dans la pleine réhabilitation juridique, sociale, morale et matérielle qui leur est dûe”, a-t-il conclu.

Rappelons que le journaliste Khaled Drareni, arrêté le 07 mars dernier, et placé sous mandat de dépôt le 29 mars, a été condamné, lundi, par le tribunal de Sidi M’hamed, à trois ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende.

Ses co-accusés, arrêtés le même jour que lui et poursuivis pour les mêmes accusations à savoir : “atteinte à l’unité nationale” et “incitation à un attroupement non armée”, ont été condamnés à deux ans de prison dont quatre mois ferme. Sous mandat de dépôt depuis le 10 mars dernier et en liberté provisoire depuis le 02 juillet, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche ont déjà purgé la peine prononcée contre eux.

Continue Reading

Politique

La réunion gouvernement-walis s’ouvre mercredi à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Les travaux de la réunion gouvernement-walis ont débuté, mercredi, au Palais des Nations (Club des Pins) à Alger, sous la présidence d’Abdelmadjid Tebboune et en présence du premier ministre, Abdelaziz Djerad, des membres du gouvernement, des cadres centraux et locaux et des élus.

Les travaux, étalés sur deux jours (12 et 13 août) seront focalisés “principalement sur l’évaluation des étapes de mise en œuvre du développement des zones d’ombre, l’évaluation de la mise en œuvre des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie COVID-19, le développement économique local, la numérisation, les statistiques et la lutte contre la bureaucratie, ainsi que les préparatifs de la rentrée sociale et de la sécurité des biens et des personnes“, rapporte l’agence de presse APS.

Il s’agit de la deuxième réunion du genre, la première a eu lieu en février dernier sous le thème “Pour une Algérie nouvelle”.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR