Connect with us

Politique

35e vendredi de la mobilisation : « Le Hirak est un devoir national »

Grande mobilisation et rejet des élections. Les participants au 35e vendredi de la mobilisation populaire innovent. Ils font preuve d’une imagination extraordinaire, en s’adaptant à toutes les situations et en détournant tous les slogans des tenants du pouvoir pour faire passer l’agenda électoral.

Melissa NAIT ALI

Published

on

Alors que ces derniers insistent, à travers les médias et les campagnes d’affichage, pour dire que « le vote est devoir national (il s’git d’un droit selon la constitution ndlr) », les manifestant leurs rendent la pareille. « Ce Hirak qui est un devoir national, non pas l’élection », affirment les manifestants ayant battu le pavé à Alger et dans différentes villes du pays.

En effet, les manifestants sortis, aujourd’hui, à Alger, à Annaba, à Constantine, à Bejaia, à Tizi Ouzou, à Bouira, à Oran, à Blida… et dans l’ensemble des villes du pays ont exprimé, une nouvelle fois, leur opposition au rendez-vous électoral du 12 décembre prochain.

A Alger, comme c’est le cas durant les précédents vendredi, les manifestants ont organisé plusieurs marches qui ont toutes convergé vers la place Audin et la grande poste. La mobilisation était très forte. Des hommes et des femmes, des vieux et des jeunes et même des enfants ont envahi les rues et boulevards d’Alger peu avant 14h00.

Brandissant des pancartes, des banderoles et des emblèmes, il ont tenu à faire entendre leur voix et leur rejet du prochain scrutin, en s’adressant, comme d’habitude, au chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, qui ne jure que par la tenue de cette élection.

« Bye Bye Gaid Salah, hada el 3am ulac le vote (Bye Bye Gaïd Salah, cette année il n’y aura pas de vote) » et « Makech le vote, wallah ma ndirouh, Bedoui et Bensalah lazem Itirou (Pas d’élection, nous ne voteront pas, Bedoui et Bensalah doivent partir », affirment les manifestants.

« Ils l’ont vendu »      

Les manifestants ont également exprimé leur opposition au projet de loi sur les hydrocarbures, qualifié de bradage des ressources du pays. « Ba3ouha, Ba3ouha (ils ont vendu le pays) » et « Parlement de la honte », scandent les protestataires. Ces derniers exigent à nouveau la mise en place d’un Etat civile et rejettent « l’état militaire » et le « pouvoir des généraux ».

« Hada echaab la yourid, houkm el 3askar men djadid (ce peuple ne veut pas d’un pouvoir militaire) » et « les généraux à la poubelle et l’Algérie recouvrera son indépendance », lancent-ils.

Les manifestants n’ont pas oublié aussi les détenus d’opinion et politique et réclament leur libération sans conditions. « Libéré nos enfants, espèce de bandes ! » et « libérez les détenus ! », clament-ils. Comme à Alger, les marches organisées dans d’autres villes du pays ont connu une affluence très nombreuse et les foules des manifestants ont aussi repris les mêmes slogans.

Politique

Restitution des crânes de 24 martyrs : l’avion atterrit à Alger, les cercueils transportés au Palais de la Culture

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

L’avion transportant les restes mortuaires de 24 martyrs de la résistance populaire, conservés depuis plus d’un siècle et demi au Musée d’histoire naturelle de Paris, a atterri vendredi à l’aéroport international Houari Boumediene à Alger.

Les restes mortuaires seront transportés au Palais de la Culture où les citoyens pourront leur jeter un dernier regard samedi 4 juillet avant leur enterrement le 05 juillet au carré des martyrs au cimetière d’Al Alia.

La cérémonie d’accueil , diffusée en direct sur la télévision nationale, s’est déroulée en la présence du Président Abdelmadjid Tebboune et de hauts cadres de l’Etat dont le président du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’Assemblée populaire nationale, Slimane Chenine, le Premier ministre Abdelaziz Djerad , le Chef d’état-major de l’ANP, le Général-major, Saïd Chanegriha , le Général d’armée, Commandant de la Garde républicaine Ali Ben Ali.

Les restes mortuaires appartiennent notamment à Cherif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection de Zaatcha, Cherif Bou Amar Ben Kedida, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et d’autres de leurs frères, dont un jeune résistant d’à peine 18 ans de la tribu de Beni Menasser, nommé Mohamed Ben Hadj, avait indiqué Abdelmadjid Tebboune en annonçant leur restitution  lors de la cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l’Armée nationale populaire (ANP), à l’occasion du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse.

Continue Reading

Politique

Les restes mortuaires des martyrs de la résistance populaire seront inhumés dimanche au Cimetière d’El Alia

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR |

Les restes mortuaires des 24 martyrs de la résistance qui seront rapatriés ce vendredi à bord d’un avion militaire des Forces armées en provenance de France seront enterrés le dimanche 5 juillet au carré des martyrs au cimetière d’El Alia à Alger, informe la télévision nationale.

L’avion militaire chargé de les rapatrier atterrira à l’aéroport international Houari Boumediene cet après midi. Le Président Abdelamdjid Tebboune sera présent sur les lieux pour superviser la cérémonie de réception.

Avant leur enterrement le 05 juillet au carré des martyres au cimetière d’El Alia , les restes mortuaires seront transportés au Palais de la Culture où les citoyens pourront leur jeter un dernier regard, informe la même source.

L’annonce de la restitution des restes mortuaires a été faite jeudi par Abdelmadjid Tebboune lors
de la cérémonie de remise de grades et de médailles aux officiers de l’Armée nationale populaire (ANP), à l’occasion du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance et de la jeunesse.

Parmi les restes mortuaires rapatriés sont ceux de Cherif Boubeghla, Cheikh Ahmed Bouziane, chef de l’insurrection de Zaatcha, Cherif Bou Amar Ben Kedida, Si Mokhtar Ben Kouider Al-Titraoui et d’autres de leurs frères, dont un jeune résistant d’à peine 18 ans de la tribu de Beni Menasser, nommé Mohamed Ben Hadj, avait indiqué Abdelmadjid Tebboune.

Les restes mortuaires des 24 martyrs étaient jusqu’au là conservés au Musée d’histoire naturelle de Paris.

Continue Reading

Politique

Mohcine Belabbas appelle à la libération de tous les détenus sans “distinction”

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

© DR | Le président du RCD, Mohcine Belabass

Le Président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a réagi jeudi à la libération de certains détenus du Hirak en disant que “ce subterfuge ne trompe personne” et que seule la libération de tous les détenus sans “distinction” peut constituer le signal d’une prise de conscience chez les dirigeants.

Pour le Président de parti, ces décidons “bien que restrictives, rendues publiques aujourd’hui sont les bienvenues, notamment, pour ces détenus et leurs familles”.

Cependant, estime-il, “par ces décisions, le pouvoir a clôturé aujourd’hui son opération de communication dans laquelle il feint de montrer une disponibilité à l’apaisement en relâchant certains acteurs injustement incarcérés pour leurs opinions. Ce subterfuge ne trompe personne”.

C’est pourquoi, Mohcine Belabbas souligne que “seuls, un acquittement suivi d’une réhabilitation de tous les détenus politiques et d’opinions sans distinction aucune et la cessation des arrestations pourront constituer un signal d’une prise de conscience des dirigeants sur le fait que la répression, les atteintes aux libertés ou la violence ne sont jamais venu à bout de la détermination du peuple à vivre dans une Algérie libre et démocratique”.

Des détenus d’opinion et figures du mouvement de contestation populaire ont été libérés jeudi notamment les militants Karim Tabbou, Samir Belarbi et l’activiste Amira Bouraoui.

Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR