Connect with us

Politique

31e vendredi du Hirak: Gaïd Salah perd la “bataille d’Alger”

 Le pouvoir incarné par le chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, vient d’essuyer un nouveau revers. Il perd la “bataille d’Alger” qu’il a voulu fermer devant les manifestants comme un premier pas vers la réalisation de son passage en force électoral. Son instruction donnée aux forces de la gendarmerie nationale d’interdire l’accès à la capitale à tous les manifestants venants des wilayas limitrophes, notamment la Kabylie, a été finalement sans grand effet sur la mobilisation populaire qui s’est encore renforcée à l’occasion de ce 31e vendredi du Hirak.

Melissa NAIT ALI

Published

on

Une marée humaine a défiler ce vendredi 20 septembre dans les rues d'Alger

En effet, le vice-ministre de la défense n’a pas réussi à fermer Alger, puisque plusieurs centaines de personnes ont bravé l’interdit et ont réussi à signer leur présence à Alger. “Djina harraga lil3assima (nous sommes venus en harraga à la capitale), “Hada daoula wala isti3mar (avons-nous affaire à un Etat ou un colonialisme) ?», lancent-ils au pied de la Grande Poste.  Ces manifestants ont réussi à traverser les différentes murailles édifiées par la gendarmerie nationale tout au long de routes et autoroutes menant vers Alger, en réponse à l’ordre donné par le vice-ministre de la Défense national.

Marées humaines à Alger

Cette tentative d’affaiblir la mobilisation populaire à Alger s’est avérée vaine. Car, les manifestants les plus déterminés ont réussi à atteindre la capitale, qui a été, elle-même, sous haute surveillance des forces de la police, déployées en masse pour tenter d’empêcher cette nouvelle mobilisation et tenter de préparer le terrain à la prochaine échéance, qui commence déjà, à capter d’éventuels prétendants, à l’image d’Ali Benflis et de nombreux plaisantins qui sont à nouveau de retour pour retirer les formulaires de suscriptions des électeurs.

Contrairement aux tentatives du chef d’état-major de l’ANP de faire croire que la majorité des manifestants qui battent le pavé à Alger vient des wilayas limitrophes, notamment de la Kabylie, ce 31e vendredi confirme le contraire. La majorité des manifestants est composée d’habitants de la Capitale qui sont tout autant déterminés que leur concitoyens dans les différentes wilayas.

Ils reprennent, comme ce fut le cas depuis sept mois, les mêmes slogans hostiles au pouvoir en place et celui que le détient en ce moment, Ahmed Gaïd Salah. Les contestataires n’ont pas manqué, d’ailleurs l’occasion, pour réclamer la tête du chef d’état-major qui est, aux yeux des manifestants, l’élément du blocage de toute solution consensuelle à la crise actuelle. “Echaab yurid isqat Gaïd Salah (le peuple veut faire chuter Gaïd Salah)”, lancent les participants à ce 31e vendredi.

Ces derniers n’ont pas oublié de réclamer la libération des détenus d’opinion et les détenus politiques, dont Karim Tabbou, Lakhdar Bouregaa et Samir Belarbi. “Karim Tabbou, chikour El Gaïd (Karim Tabbou, la bête noire de Gaïd Salah)”, et “Allahou Akbar, Samir Belarbi”, scandent les marcheurs qui ont sillonné les principales rues et boulevards de la Capitale pour affluer vers les principales places, en l’occurrence place Audin et la Grande poste.

Politique

Alger: Tous les étudiants arrêtés ce matin relâchés

Achour Nait Tahar

Published

on

© DR | Marche des étudiants à Alger

Les étudiants arrêtés ce matin à Alger viennent d’être relâchés après plusieurs heures de détention, a annoncé le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD).

Selon la même source, quatre étudiantes ont été relâchées ce soir. L’étudiant Abdennour Ait Saïd dit “Abdou”, quant à lui, a été emmené à l’hôpital pour lui faire un certificat médical avant d’être remis en liberté.

Pour rappel, les cinq étudiants ont été interpellés ce matin, alors qu’ils étaient en train de déjeuner dans un restaurant à la rue Tanger au centre d’Alger.

Continue Reading

Politique

Décès du moudjahid Ahmed Bensadoune

Feriel Bouaziz

Published

on

Le moudjahid Ahmed Bensadoune, ancien chef de zone dans la wilaya V historique lors de la Guerre de libération nationale, est décédé mardi matin à Oran à l’âge de 87 ans, rapporte l’APS en citant des proches du défunt.

Après le recouvrement de l’indépendance nationale, le défunt Ahmed Bensadoune, né à Mostaganem, s’est consacré au travail dans le secteur économique et a créé une entreprise dans le domaine industriel.

Feu Ahmed Bensadoune à également présidé, pendant 10 ans, la chambre de commerce de de l’industrie de l’Oranie (CCIO) où il occupa deux mandats successifs comme président de cette chambre durant les années 1980.

Par ailleurs, il a rejoint l’APN jusqu’à 1965 en occupant des responsabilités auprès des Chefs de la Deuxième région militaire (Oran) et la Troisième région (Béchar). Il a quitté ensuite l’ANP pour s’occuper des affaires familiales notamment la tannerie en devenant l’un des plus importants exportateurs du cuir.

Le moudjahid, décédé des suites d’une longue maladie, sera inhumé cet après-midi au cimetière d’Aïn El-Beida d’Oran après la prière de l’Asr.

Continue Reading

Campus

Cinq étudiants arrêtés à Alger

Yasmine Marouf-Araibi

Published

on

Cinq étudiants, figures du mouvement populaire estudiantin, ont été arrêtés ce mardi 20 octobre à Alger et transférés au commissariat du cavaignac, selon le comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

L’alerte de l’arrestation a d’abord été donnée par leurs camarades et activistes du mouvement de protestation populaire (Hirak) avant d’être confirmée par des avocats et le CNLD. D’après eux, il s’agit d’un garçon et quatre filles. “ 

Selon plusieurs sources concordantes, les cinq étudiants arrêtés ce matin à la rue Tanger à Alger sont maintenus au commissariat du cavaignac où ils subissent des interrogatoires. 

Les raisons de leur arrestation demeurent pour l’instant inconnues. D’après le comité national pour la libération des détenus, les étudiants ont été arrêtés alors qu’ils étaient entrain de manger à la rue Tanger. 

Faut-il noter qu’à deux semaines seulement du référendum sur l’amendement constitutionnel, la répression contre les activistes du mouvement populaire s’amplifie. Plusieurs arrestations ont été enregistrées dont à Adrar où l’activiste Yasser Kadiri a été arrêté lundi.


Continue Reading

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR