Connect with us

Culture

21e Festival Européen : “une bouffée d’oxygène pour les artistes”

Published

on

© INTERLIGNES | Le groupe Raina Rai sur la scène du TNA le 24 juin 2021
© INTERLIGNES | Le groupe Raina Rai sur la scène du TNA le 24 juin 2021

Le Théâtre National Algérien (TNA) reprend des couleurs. Après le Festival National du Théâtre Professionnel (FNTP) en mars dernier, le TNA connaît à nouveau une forte affluence des citoyens venus cette fois-ci pour le plaisir des oreilles. Entre Raïna Raï, Lamia Ait Amara, Iwal et Ahellil Baba, des musiciens algériens fusionneront, du 24 juin jusqu’au 2 juillet, des chansons du patrimoine algérien à des classiques européens pour promouvoir les cultures des deux rives.

Organisé par la délégation de l’Union Européenne (UE) en Algérie, le festival porte le slogan de “l’Algérie chante l’Europe”, il sera animé par une sélection d’artistes exclusivement algériens qui vont revisiter des chansons du répertoire musical Européen à côté de plusieurs chansons du patrimoine Algérien. C’est donc un festival qui se veut “une preuve d’amitié algéro-européenne”.

C’est le cas du groupe Raïna Raï qui a revisité la célèbre chanson de Charle Aznavour, la bohème, ou encore l’interprète de la chanson andalouse, Lamia Ait Amar qui a animé une soirée algéro-grecque en mélangeant la chanson arabo-andalouse au patrimoine grec. Lamina n’a pas manqué l’occasion pour danser le grand classique, “Zobra le Grec“.

C’est vraiment une fusion entre la musique algérienne, avec ses différents styles, et la musique grecque“, nous déclare Lamia ajoutant qu’elle trouve que c’est “un échange culturel extraordinaire” et qu’elle “essaie de tout faire pour laisser la musique andalouse dépasser les frontières”.

L’artiste a affirmé que ce festival a été comme “une bouffée d’oxygène pour les artistes” surtout après près de deux ans de pandémie, ce qui a été, selon elle, “très difficile pour eux, parce qu’un artiste doit rencontrer son public”.

Raïna Raï, enflamme la scène

Entouré d’un public de tous âges, le groupe Raïna Raï a inauguré ce 21ème festival jeudi dernier. Il a marqué son retour après deux ans d’absence avec une sélection de ses chansons les plus connues. “Raina Hak”, “Lala Fatima”, “Maandi Zhar”, “Zabana”, et plusieurs autres chansons qui ont marqué des générations et qui ont eu un succès international.

“Nous avons toujours visé l’international, nous voulions faire découvrir au monde qu’en Algérie, il y a des artistes”, a raconté Mme. Attar, épouse du célèbre guitariste et leader du groupe, Lotfi Attar.

Animant une conférence de presse après sa performance, Lotfi Attar a souhaité plus d’activités culturelles, “il faut qu’il y ait plus de festivals pour ouvrir un peu les esprits, on a besoin de ça”, a-t-il appelé.

Le festival aura lieu tous les soirs jusqu’au 02 juillet. Plusieurs artistes algériens de différents styles sont sur la liste. Le Rock avec le groupe Garage Band, qui sera sur scène le mercredi prochain, la musique classique avec l’orchestre symphonique ACIMA le mardi, la musique Gnawa dans la soirée du jeudi avec le groupe Dimastand, ou encore, le patrimoine oriental avec le grand musicien Salim Dada lundi prochain. Toutes les soirées sont lancées à partir de 19H par le compteur algérien, Fayçal Belattar, accompagnée de Ludmilla Slim sur son Kanoun, avec une série de comptes baptisée “de la parole jaillit la lumière”.

Pour rappel, l’ambassadeur de l’UE , John O’Rourke a affirmé que “ce festival se veut un soutien au monde artistique qui a été sévèrement touché par la pandémie”, tout en soulignant que toutes les mesures sanitaires sont assurées “puisque seule la moitié des sièges seront occupés, le port du masque et l’utilisation du gel hydrologique sont obligatoires à l’entrée”, a-t-il affirmé.

Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR