Suivez-nous

Politique

18 manifestants condamnés à 3 et 6 mois de prison : le procureur Sid Ahmed Belhadi déjugé

Melissa NAIT ALI

Publié

le

© Meriem Nait Lounis | Portrait du procureur adjoint, Sidi Mohamed Belhadi
© Meriem Nait Lounis | Portrait du procureur adjoint, Sidi Mohamed Belhadi

Le procureur de la république, Sid Ahmed Belhadi, auteur de la fameuse plaidoirie surprenante en faveur de la relaxe de 18 manifestants arrêtés dans les marches, à la fin du mois de janvier dernier, vient d’être à nouveau déjugé.

La juge près le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a décidé finalement de condamner les détenus en question à des peines allant de 3 à 6 mois de prison ferme. Ce sont les militants de l’association Rassemblement Action jeunesse (RAJ), Kamel Nemmiche et Mokrane Laouchedi qui ont écopé de la plus lourde peine : 6 mois de prison ferme et 20000 DA d’amendes.

La présidente du tribunal a également condamné 16 autres personnes à 3 mois de prison fermes et 20 000 DA d’amendes avec requalification des faits. Ils sont ainsi condamnés pour « attroupement » et non pas pour « incitation à attroupement».

Cette décision a surpris tout le monde, y compris les avocats. Pourtant, le procureur de la République, Sid Ahmed Belhadi avait plaidé pour la relaxe au profit de toutes ces personnes poursuivies. Ce dernier, rappelons-le, avait plaidé pour la libération pure et simple des accusés qui n’ont fait qu’exercer leur droit de manifester.

« Les Algériens marchent résolument vers une nouvelle Algérie où la justice sera libre et indépendante. Ils scandent des slogans dans ce sens. C’est pourquoi, je prends mes responsabilités, en tant représentant du ministère public, et je refuse toutes les instructions et les injonctions venant d’en haut. En vertu du principe de l’indépendance de la justice, je demande l’application de la loi au profit de ces personnes. Le parquet demande l’acquittement », avait-il déclaré.

C’est cette déclaration qui lui a valu une convocation de sa tutelle, qui a décidé de le muter à la wilaya d’El Oued.

Mandat de dépôt prorogé pour Abdelwahab Fersaoui    

Par ailleurs, la Cour d’Alger a décidé, aujourd’hui, de proroger le mandat de dépôt du président de l’Association RAJ, Abdelwahab Fersaoui. La même Cour a rejeté, indique le vice-président de la LADDH, Saïd Salhi, la demande de liberté provisoire au profit de ce détenu politique, introduite par la Défense.

Le juge, selon la même source, confirme le transfert du dossier du premier responsable de l’Association RAJ pour programmation du procès en correctionnelle au niveau du tribunal de Sidi M’hamed.

Politique

Le journaliste Khaled Drareni arrêté

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

Le journaliste Khlaed Drareni a été arrêté et conduit au commissariat, ce vendredi 27 mars. Il sera présenté demain devant la près la Cour d’Alger pour exécuter son placement sous mandat de dépôt, décidé le 25 mars, a annoncé le comité national pour la libération de détenus (CNLD)

Alors que les avocats de Khaled Drareni avaient introduit un appel pour annuler son placement sous contrôle judiciaire décidé contre lui, la chambre d’accusation près la Cour d’Alger a décidé, contre toute attente, d’annuler le contrôle judiciaire et d’ordonner son placement sous mandat de dépôt pour “incitation à attroupement non armé et d’atteinte à l’unité nationale”.

Cet ordre est intervenu une journée après la condamnation de Karim Tabbou à six mois de prison ferme supplémentaires alors qu’il devait quitter la prison hier, jeudi 26 mars. Suite à ces deux décisions, plusieurs avocats, organisations locales et internationales ainsi que des partis politiques ont dénoncé cette “dérive judiciaire” et ont accusé la Justice de profiter de la situation sanitaire actuelle pour condamner les détenus d’opinion et politiques.

Rappelons que Khaled Drareni a été arrêté le 07 mars dernier alors qu’il couvrait une manifestation à Alger centre. Après trois nuits en garde-à-vue le journaliste a été libéré sous contrôle judiciaire.

Lire la suite

Politique

Coronavirus : L’équipe médicale chinoise atterrit à Alger avec des aides médicales

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DE | équipe médicale chinoise arrivée à Alger

L’avion d’Air Algérie transportant l’équipe médicale chinoise de Pékin à Alger a atterri ce vendredi, peu avant 17h.

Comme nous l’avons rapporté hier, une équipe médicale composée de 21 personnes dont 13 médecins et 08 infirmiers, tous spécialistes dans la lutte contre le coronavirus, a été mobilisée afin d’aider le corps médical algérien à contenir la pandémie mondiale.

L’avion d’Air Algérie a également transporté le premier lot des dons effectués par la Chine. L’aide est composée de kits de dépistages, gans médicaux, respirateurs artificiels, masques, entre autres matériels médicaux.

Le coronavirus continue à progresser dans le sol algérien. Le dernier bilan communiqué par la commission de suivis de l’évolution du Covid-19 en Algérie indique 42 nouveaux cas et un décès, 409 cas dont 26 décès au total.

Lire la suite

Politique

Covid-19 : Boukadoum dit suivre de près la situation des Algériens bloqués à l’étranger

Yasmine Marouf-Araibi

Publié

le

© DR | ministre des Affaires Etrangères

Le ministère des Affaires étrangères a affirmé, jeudi, dans un communiqué que ses services centraux “suivent de près”, et “24 heures sur 24”, la situation des Algériens bloqués dans certains pays suites à la suspension des liaisons internationales comme mesure préventive contre la propagation du coronavirus.

“Le ministère des Affaires étrangères annonce que ses services centraux suivent de près , et 24 heures sur 24, la situation des Algériens bloqués dans certains pays, en coordination permanente avec nos représentations diplomatiques et consulaires et les autorités des pays concernés, et avec la même démarche adoptés pour le rapatriement des citoyens algériens vers le territoire national suite à l’apparition du coronavirus, et ce en application des instructions du président de la République”, affirme le communiqué du ministère.

S’agissant de la situation des Algériens bloqués en Turquie, le ministère des Affaires étrangères a assuré que “toutes les mesures ont été prises en coordination et en coopération avec les autorités turques pour leur prise en charge, en attendant de confirmer l’identité de nombre de personnes parmi les citoyens bloqués”, en ajoutant que ceux-ci seront rapatriés en Algérie, une fois la période de quarantaine achevée et leurs identités vérifiées.

Le ministère a en outre précisé que le nombre des personnes bloquées augmente quotidiennement, ce qui suscite des doutes et des interrogations, d’autant que beaucoup d’entre eux ne sont pas en possession de billets d’avion ni encore moins de documents de voyages officiels.

A ce titre, le ministère rappelle “le rapatriement de tous les citoyens bloqué à l’étranger, dont le nombre a atteint, jusqu’au 21 mars courant, 1811 personnes, à travers six vols consacrés dans ce sens”.

Rappelons que un millier d’algériens bloqués au niveau de l’aéroport international d’Istanbul pendant plus d’une semaine ont été pris en charge, hier jeudi, par les autorités turques. Ils on été conduits vers les cités universitaires de Karabük à Ankara où ils seront hébergés jusqu’à ce qu’ils puissent retourner en Algérie.

Avec APS.

Lire la suite

Tendances

INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR