17e vendredi de mobilisation: Les Algériens toujours en attente d’une réponse à leurs revendications

Crédit photo:Khaled Drareni. 17e vendredi de manifestation contre le pouvoir

Le mouvement populaire réclamant départ du pouvoir ainsi que de ses relais va vivre aujourd’hui son 17e vendredi de mobilisation dans un contexte particulier.

 

 

En effet, la manifestation qui aura lieu ce vendredi dans les quatre coins du pays inscrit le Hirak dans la durée et l’attente plus que jamais pressante d’une réponse en adéquation avec les revendications des Algériens qui sortent massivement depuis le 22 février exigeant l’instauration d’une deuxième République

Cette manifestation intervient au moment où plusieurs figures du pouvoir rejetées d’ailleurs par tous les Algériens, à savoir l’ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal et Amara Benyounès sont placé sous mandat de dépôt et que d’autres symboles du pouvoir « honni » risqueraient de subir le même sort.

Par ailleurs, la manifestation de ce vendredi coïncide avec le souvenir de la marche du 14 juin 2001 quand des centaines de milliers de manifestants qui ont investi la rue revendiquant « un changement démocratique », ont été empêchés de manifester à Alger. 129 personnes au total seront tuées, plusieurs milliers seront blessées. Cette Marche est restée tel un triste souvenir dans la mémoire de la contestation en Algérie.

18H30

Malgré la forte chaleur qui frôle les 45°C, les habitants de la ville d’El Oued sont sortis manifester insistant sur l’union des Algériens et les fondements de l’Algérie nouvelle. « Non au régionalisme, oui à l’union nationale », scandent les manifestants appelant la justice à diligenter une enquête sur les affaires de corruption qui sévissent dans la ville.

Crédit photo:DR

18H00

Les manifestants réclame la tête d’Abdelaziz Bouteflika. « Amenez le même dans son fauteuil roulant », scandent t-ils à tue-tête.


17H30

Une banderole portée par les manifestants à Relizane résume les principales revendications du peuple.

Crédit photo: DR

17H00

Alger. Évoquant les douloureux événements du 2001, les manifestants insistent plus que jamais sur l’union. Cette pancarte en dit long sur la volonté du peuple d’opérer les changement tout en restant unis et pacifiques.


16H30

Tiaret ce vendredi 14 juin.

Crédit photo:DR

15H58

Les manifestants de la ville de Tizi Ouzou sont sortis massivement pour ce 17e vendredi de manifestation contre le pouvoir. Ils scandent des slogans anti-Gaid Salah insistant également sur un Etat civil et non militaire.

15H41

A Constantine, des milliers de manifestants marchent dans les rues de la ville appelant au changement de la situation politique. Ils insistent également sur l’esprit de fraternité entre les Algériens scandant: « Les Kabyles sont nos frères, cessez de semer le trouble »

15H30

Le tunnel des facultés toujours fermés par la police

Crédit photo: TSA

14H55

Message d’un manifestant à Alger.

Crédit photo:DR

14H50

A Oran, les manifestants scandent des slogans hostiles à Gaid Salah récusant par la même occasion la nouvelle feuille de route du pouvoir.

14H42

Alger: Les tifos de ce 17e vendredi de Hirak.

Crédit photo: Khaled Drareni

14H30

Les manifestants de ce 17e vendredi de mobilisation contre le pouvoir réclament l’urgence de l’application de l’article 7 et 8 de la Constitution.

Crédit photo: El Khabar.

14H00

« Khawa, khawa makach jihawiya », « nous sommes des frères pas de régionalisme », scandent des centaines de milliers de manifestants appelant également Bensalah à partir.

12H29

A Alger, Gaid Salah en a eu encore une fois pour son grade. Les manifestants scandent « pas de confiance en Gaid Salah »


12H20

L’ancien député Khaled Tazaghart rend hommage aux martyrs des événements de 2001 connu sous le nom du « printemps noir ». 129 personnes au total ont été tuées et plusieurs milliers de blessées.

11H55

La foule commence à grossir. Les manifestants maintiennent la pression et appellent au départ de Bensalah et Bedoui.

11H13

Un citoyen distribue des boites de Yaourts aux manifestants comme une meilleure répartie à Ahmed Ouyahia placé le 12 juin en détention provisoire.

10H45

Les premiers manifestants se sont rassemblés devant la Grande Poste devenu lieu symbolique du coup d’envoi des manifestations contre le pouvoir.

 

Adsence Milieu article