Connect with us

Campus

111e mardi : Les étudiants disent “Stop aux violences”

Published

on

© INTERLIGNES | 111e marche des étudiants à Alger
© INTERLIGNES | 111e marche des étudiants à Alger

Pour le 111e mardi de mobilisation estudiantine, plusieurs centaines de manifestants ont répondu à l’appel des étudiants qui ont initié leur marche hebdomadaire. Ce mardi, la mobilisation a été marquée par l’affaire de l’adolescent Said Chetouane qui a révélé être “agressé par la police“, propos démentis hier soir, par le procureur général, qui nie les faits.

Les manifestants qui ont entonné l’hymne nationale à la place des martyrs pour marquer le début de la manifestation ont emprunté le parcours habituel de la marche comme à l’accoutumé. À travers les pancartes et les emblèmes brandis, ils dénoncent le retour à la violence et l’emprisonnement des manifestants suite au placement en détention préventive, hier 5 avril, de 24 manifestants arrêtés lors de la marche du Samedi 3 avril.

“Libérez les otages”, “libérez les détenus car ils n’ont pas vendu la cocaïne” et “Talgou wladna ya El Hagarine”. “Près de 24 manifestants dont trois étudiants ont été placés sous mandat de dépôt hier sachant que ces derniers sont en période d’examens et que les autres citoyens n’ont fait qu’exercer leur droit au rassemblement. C’est une honte pour le système”, nous a déclaré l’étudiant Chawki Hammoum.

En présence de l’adolescent Said Chetouane, les manifestants n’ont pas hésité à exprimer leur consternation et leur colère envers la police. “Moukhabarat irhabia rahoum ightasbou f zawaliya ( Les services secrets sont terroristes, ils ont violé les pauvres)”. Plusieurs manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire : ” Stop à la torture”, “Non au viol des enfants”.

Ces actes de violences montrent que “le pouvoir vise à briser le caractère pacifique du Hirak mais nous, étudiants et citoyens, nous ne lâcherons pas” insiste l’étudiant Kais Ould Amar.



Continue Reading
Advertisement
Comments
INTER-LIGNES

GRATUIT
VOIR