Suivez-nous

Politique

109e vendredi du Hirak : « pour l’unité des rangs et le recouvrement de l’indépendance du peuple »

Melissa NAIT ALI

Publié

le

Ce sont les deux objectifs réitérés par les participants, aujourd’hui, aux 109e vendredi de la mobilisation. Cette journée, coïncidant avec la fête de la victoire du 19 mars 1962, a été effectivement une occasion pour des centaines de milliers de marcheurs ayant battu le pavé à Alger et dans plusieurs villes du pays d’affirmer leur détermination à arracher l’indépendance… de l’individu algérien après avoir recouvré celle du territoire il y a 59 ans.

« Istiqlal (Indépendance) » ! Ce slogan est revenu en force à l’occasion de la mobilisation d’aujourd’hui. Il est scandé par les foules de Hirakistes comme il a été transcrit sur des pancartes aux couleurs du drapeau national, vert blanc rouge. Toute une symbolique.

Mais pas seulement. Les marches d’aujourd’hui ont été marquées par le rejet de toutes les tentatives de division du mouvement. A Alger, les manifestants sortis, peu avant 14h00, ont surtout réclamé le parachèvement de la révolution pacifique enclenché un certain 22 février 2019.

Avec toujours la même détermination à aller jusqu’au bout de la lutte, les protestataires démontre leur volonté de ne pas baisser les bras et accepter la feuille de route du pouvoir en place.

Ils apportent surtout des réponses aux manœuvres visant à diviser le mouvement. « Les algériens khawa, khawa, echaab twahed y a lkhwana (Les Algériens sont des frères, le peuple est uni espèce de traitres », lancent-ils, au niveau de la place Audin, à Alger-Centre, et tout au long des parcours empruntés.

© Sami K | vendredi 109 à Alger, la mobilisation est intacte

Les processions des manifestants qui ne cessaient de grossir au fur et à mesure que les marche progressent en direction de la grande poste, appellent également à ne pas céder fasse aux sirènes de la division.

Reprenant en chœur les slogans du Hirak, anciens et nouveaux, les marcheurs axent notamment sur le fait que les vieux clivages sont dépassés. « Makan islami, makan 3ilmani, kayen 3issaba tesrak 3inani (Il n’y a ni islamiste, ni laïc, il y a juste une bande qui continue à voler », scandent-ils.

Ils retracent aussi les objectifs du Hirak. Ceux-ci sont notamment bien définis à travers deux slogans inscrits sur deux banderoles distinctes brandies par des manifestants marchant sur la même ligne : « Daoula madania, machi 3askaria (pour un Etat civil et non pas militaire) » et « Algérie libre et démocratique ».

© Sami K | vendredi 109 à Alger

Les deux banderoles brandies au milieu d’une foule compacte descendant de l’avenu pasteur en direction de la place Audin témoignent de la maturité du Hirak qui montre, malgré toutes les polémiques, que l’objectif visé est l’édification d’une réelle démocratie.

Le même but est exprimé aussi dans une autre banderole traduisant « une vision au cœur du hirak ». Cette dernière résume clairement les revendications du mouvement : « une période de transition pluraliste et un Etat de droit qui comprend la liberté, la justice et la prospérité ».

Poursuivant, les manifestants réitèrent aussi leur rejet de l’agenda électoral fixé par le pouvoir. « Makench intikhabat ma3a el 3isabet (pas d’élection avec les bandes) », lancent encore des groupes de manifestants.

A signaler que les manifestations ont été réprimées par les forces de l’ordre dans les wilayas de Tlemcen, Mostaganem et Biskra.

Lire la suite
Publicité
Commentaires